En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Sénatoriale américaine : les républicains perdent l’Alabama, un échec cinglant pour Trump

Mardi 12 décembre, l’ultraconservateur Roy Moore, soutenu par Donald Trump, a été battu par son adversaire démocrate, Doug Jones. Le candidat du Parti républicain, pourtant donné favori, a récemment été accusé de plusieurs agressions sexuelles.

Montgomery, Alabama, le 13 décembre 2017 : le candidat républicain au Sénat Roy Moore s’exprime après sa défaite. (© Jabin Botsford/The Washington Post via Getty Images)

Le candidat républicain de l’Alabama au Sénat, Roy Moore, un ancien magistrat opposé au mariage pour tous qui pense que "les pratiques homosexuelles devraient être illégales", a perdu ce scrutin régional mardi 12 décembre, recueillant 48,4 % des suffrages exprimés, contre 49,9 % pour son adversaire démocrate Doug Jones.

Comme le rappelle Le Monde, aucun démocrate n’était parvenu à remporter une élection dans cet État depuis 1992. Roy Moore a mis du temps avant de reconnaître sa défaite en déclarant en premier lieu : "Quand le vote est si serré, ce n’est pas terminé", demandant que les voix soient recomptées et expliquant à ses partisans : "Nous devons attendre un signe de Dieu."

Doug Jones est un ancien procureur, connu pour avoir fait condamner des membres du Ku Klux Klan coupables d’avoir provoqué l’incendie mortel d’une église fréquentée par la communauté afro-américaine. Les statistiques établies par CNN Politics ont mis au jour la répartition des votes en fonction de la couleur de peau des électeurs. Cette étude permet de constater que la communauté afro-américaine a très majoritairement apporté ses voix au candidat du Parti démocrate.

Des accusations d’agression sexuelle qui ont sûrement pesé sur le scrutin

Le vainqueur a prononcé un discours dans lequel il a déclaré avoir "toujours cru que le peuple d’Alabama avait plus en commun que ce qui [pouvait le] diviser." Donald Trump a pour sa part réagi sur Twitter, comme à son habitude :

"Félicitations à Doug Jones pour cette victoire durement remportée. Les votes par correspondance ont joué un rôle très important, mais une victoire est une victoire.

Les habitants de l’Alabama sont géniaux, et les républicains auront une autre occasion de gagner ce siège très rapidement. Ça ne termine jamais !"

Le septuagénaire était soutenu par le président des États-Unis. Ce dernier, malgré le fait que M. Moore a fait l’objet de plusieurs accusations d’agressions sexuelles, allant du baiser à l’attouchement – dont l’une portant sur une jeune fille de quatorze ans –, l’a toujours défendu.

Donald Trump justifiait ainsi sa position : "[Roy Moore] dément. […] Vous devez l’écouter lui aussi". Pour botter en touche concernant les accusations à l’égard de Roy Moore, le président américain préférait mettre l’accent sur ses positions politiques :

"Nous avons besoin de Roy. […] Roy Moore est l’homme qu’il nous faut pour rendre à l’Amérique sa grandeur."

À lire -> "Je suis sûr que mon ami le président Trump va changer d’avis", Macron tend une perche à Trump sur le climat