En allaitant son bébé au Parlement, une sénatrice australienne entre dans l’Histoire

Ce 9 mai, la sénatrice australienne Larissa Waters a allaité son bébé au Parlement fédéral. Une grande première qui répond à des épisodes de discrimination et montre le chemin qu’il reste à parcourir.

@https://www.facebook.com/larissawaters/photos/a.432554824098.237705.149009814098/10155293893634099/?type=1&theater

© Page Facebook Larissa Waters

Dix semaines après avoir accouché de sa deuxième fille, la sénatrice écologiste australienne Larissa Waters est retournée travailler en emmenant son bébé. Et quand sa fille a eu faim, elle l’a allaitée durant la séance parlementaire. Une première au Parlement fédéral australien : il existait bien une loi datant de 2003 permettant d’allaiter dans la Chambre des députés, mais Larissa Waters l’a amendée l’année dernière afin d’autoriser les jeunes parents à s’occuper brièvement de leur bébé dans tout le Parlement. Une mesure législative motivée par plusieurs épisodes de discrimination.

"En 2003, Kirstie Marshall, une députée du Victoria, a été expulsée du Parlement de l’État parce qu’elle allaitait son bébé de 11 jours. Il est parfois difficile de ne pas se décourager face au sexisme que les femmes continuent d’affronter au travail. Mais parfois, cela vaut le coup de regarder en arrière et de contempler tout le chemin que nous avons parcouru."

La sénatrice Waters a ainsi rappelé les discriminations subies par beaucoup de femmes au travail, comme quand la ministre des Finances Kelly O’Dwyer avait failli être remplacée alors qu’elle était en congé maternité :

"C’était atroce, mais malheureusement, ce n’est si rare. Une femme sur cinq subit une sévère discrimination en raison de sa parentalité. C’est une statistique qui donne vraiment à réfléchir, et c’est très démoralisant de voir que même les ministres peuvent en faire l’objet."

Pour des lieux de travail adaptés à la parentalité

Pouvoir nourrir son enfant au Parlement a donc constitué un bel accomplissement pour la sénatrice Larissa Waters, qui a déclaré être très fière que sa fille Alia soit le premier bébé à être allaité au Parlement fédéral, tout en soulignant qu’il faudrait "plus de femmes et de parents au Parlement" ainsi que sur tous les autres lieux de travail :

"Des lieux de travail flexibles et adaptés à la famille ainsi qu’une garde d’enfants abordable devraient être à la disposition de tous les parents qui travaillent."

Des revendications partagées par des élues du monde entier : Courrier international évoque d’autres responsables politiques ayant allaité leurs enfants en public, notamment la députée espagnole Carolina Bescansa et l’eurodéputée italienne Licia Ronzulli. L’année dernière, une députée islandaise a donné le sein à son bébé tout en expliquant au Parlement son vote concernant une nouvelle loi sur l’immigration, une première dans le pays. Unnur Brá Konráðsdóttir déclarait alors qu’être mère est un travail comme les autres : "Vous devez faire ce que vous avez à faire."

Une réalité à prendre en compte

Des mots avec lesquels une autre sénatrice australienne, Katy Gallagher, est bien d’accord :

"Les femmes vont continuer à avoir des bébés, et si elles veulent faire leur travail, être au travail et s’occuper de leur bébé… la réalité est que nous allons devoir nous y adapter."

Une perspective qui semble encore difficilement envisageable en France où, selon le service de presse du palais Bourbon, "ni le règlement ni l’instruction générale du bureau de l’Assemblée nationale n’évoquent la présence d’enfant ou la question de l’allaitement". L’allaitement en public reste en tout cas conflictuel : BFM TV rappelle par exemple qu’en avril dernier, une femme venue faire une procuration dans un commissariat s’était vu interdire d’allaiter son bébé.