En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Gay Pride de Berlin en 2014. BEROLINO/Flickr/CC

L’histoire des deux femmes qui ont permis le mariage homosexuel en Allemagne

La rencontre entre Christine et Gundula, en couple depuis neuf ans, et Angela Merkel a été décisive.

Gay Pride de Berlin en 2014. BEROLINO/Flickr/CC

Gay Pride de Berlin en 2014. (© Berolino/Flickr/CC)

Le 30 juin dernier, l’Allemagne adoptait la loi sur le mariage homosexuel et devenait le 14e pays européen à l’autoriser. En moins d’une heure de débat, 393 députés du Bundestag ont voté pour l’ouverture du mariage aux personnes de même sexe (contre 226). À l’initiative de ce vote, Angela Merkel, qui a initié la procédure, et se disant pour la toute première fois "ouverte à une discussion qui aille dans le sens d’une prise de décision en conscience".

Si Angela Merkel a permis ce vote au Parlement allemand, c’est en grande partie grâce à sa rencontre avec deux femmes, Christine et Gundula, comme le rapporte le journal allemand Ostsee Zeitung, dans son article intitulé "Mariage homosexuel : le couple qui a fait changer Merkel d’avis". Faisant le portrait de ces deux femmes homosexuelles âgées respectivement de 58 et 52 ans, Ostsee Zeitung a révélé l’histoire de ce brusque changement d’avis de la chancelière, qui a tout de même voté contre le mariage gay au Parlement, "une décision personnelle", a-t-elle dit.

L’histoire de Christine et Gundula

Christine et Gundula se savaient homosexuelles depuis environ l’âge de 12 ans, rapporte Ostsee Zeitung. Mais en Allemagne de l’Est des années 1970, "on pensait que [l’homosexualité] était comme une maladie, confie Gundula au journal allemand. Et qu’il suffisait d’épouser un homme pour que ça passe". Alors, les deux femmes se sont mariées, ont eu des enfants, et ont fini toutes deux par divorcer.

Il y a neuf ans, Christine et Gundula font connaissance sur un site de rencontres et finissent par tomber amoureuses. Elles vivent désormais ensemble sur les bords de la Baltique. Cinq ans plus tard, elles contractent un "partenariat de vie", l’équivalent du Pacs, qui est entré en vigueur en Allemagne en 2001, explique le correspondant à Berlin du journal Le Monde. Les deux femmes deviennent alors famille d’accueil pour enfants en difficulté. Aujourd’hui, elles élèvent Lennard (6 ans), Sophie (13 ans), Lara (14 ans), Leon (15 ans) et Jasmin (18 ans).

Leurs rencontres avec Angela Merkel

Les deux femmes vont rencontrer la chancelière allemande à deux reprises. La première a lieu sur la place du marché de Barth, la petite ville où vivent les deux femmes. Angela Merkel est alors députée de cette circonscription. Christine se souvient de ce qu’elle lui a dit ce jour-là : "J’aimerais qu’on arrête de penser comme si on était encore au Moyen Âge."

Deux ans plus tard, le couple recroise Angela Merkel à un cocktail. Gundula l’interpelle sur les questions des droits pour les personnes LGBT. Mais Mme Merkel évite le sujet et répond brièvement qu’elle viendra rendre visite à cette famille où les enfants ne sont pas élevés par "un papa et une maman", comme le scande la Manif pour tous.

Angela Merkel révéla l’impact de cette rencontre le 25 juin dernier, lors d’un débat organisé par le magazine féminin Brigitte (l’équivalent de ELLE en France). La chancelière a confié que sa rencontre avec Christine et Gundula a été "un événement décisif". Même si ses convictions personnelles l’empêchent d’avoir voté pour le mariage homosexuel, Angela Merkel a eu l’intelligence de ne pas se positionner contre et de ne surtout pas l’empêcher.

Elle a expliqué que si l’administration allemande confiait des enfants à "ce genre de couple", alors l’argument qui consiste à invoquer leur bien-être pour empêcher l’adoption aux couples homosexuels était faux. Après avoir fondé leur famille, Christine et Gundula comptent bien se marier, maintenant qu’elles en ont le droit, et ont même convié la chancelière aux noces, confie Ostsee Zeitung.