Après la défaite, Marine Le Pen joue la carte des "patriotes" contre les "mondialistes"

Dans une courte allocution post-défaite, la présidente du Front national a salué un "score historique" et laissé entrevoir une refondation de son parti.

le_pen_7_mai_2017

(© France Télévisions)

Le discours aura été pour le moins concis. Peu après l'annonce des résultats du second tour, qui ont vu Emmanuel Macron remporter 65,8 % des suffrages – selon les dernières estimations –, la grande perdante du soir a pris la parole (après quelques problèmes de son, visiblement récurrents au FN), en saluant dans un premier temps le "score historique et massif" réalisé par "l'alliance des patriotes" (composée du FN et de Debout la France), qui devient selon elle la "première force d'opposition" du pays avec 34,2% des voix.

"J'appelle tous les patriotes à nous rejoindre afin de participer au combat décisif qui nous attend dès ce soir", a poursuivi Marine le Pen, qui a également donné quelques indications sur le futur de son organisation politique. À en croire les premiers éléments de langage déployés par la candidate, le Front national tel que la Ve République l'a toujours connu devrait probablement changer d'identité – sur TF1, Florian Philippot a ensuite confirmé que le parti allait changer de nom – en vue de créer "une nouvelle force politique", avec les législatives en ligne de mire, une "alliance républicaine et patriote" qui participera un peu plus à la dédiabolisation de sa politique. Aujourd'hui, selon Marine le Pen, le paysage politique s'est binarisé : d'un côté les "patriotes", de l'autre les "mondialistes". De là à se baptiser "Parti des patriotes", il n'y a qu'un pas.

Science, tech, culture numérique et galéjades. Internet est mon église.