En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Après Paul Bismuth, voici Gilda Atlan, l’autre pseudo de Nicolas Sarkozy selon Le Canard Enchaîné

Ce mercredi 11 octobre, Le Canard enchaîné a publié une révélation étonnante concernant l’affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy. On savait déjà qu’il avait un téléphone au nom de Paul Bismuth pour échapper aux services de police, on apprend aujourd’hui qu’il a également eu recours à un autre nom d’emprunt : Gilda Atlan.

(© via la page Facebook de Nicolas Sarkozy)

Dans l’édition du Canard Enchaîné de ce mercredi 11 octobre, on apprend que pour échapper aux écoutes qui le visaient, Nicolas Sarkozy, aka Paul Bismuth − que l’on ne présente plus −, a en réalité eu recours à plusieurs identités d’emprunt, qui changeaient tous les trimestres. Parmi les multiples pseudos qu’il utilisait pour discuter en tapinois avec son avocat, un en particulier sort du lot tant il est étrange.

Pour rappel, en 2014, l’ancien chef d’État a été mis en cause dans deux affaires : l’affaire du financement de la campagne présidentielle de 2007 par des fonds libyens et l’affaire Bettencourt. Dans le cadre de la première, Nicolas Sarkozy avait été mis sur écoute pendant plusieurs mois, et l’on avait découvert à cette occasion qu’il cherchait à intervenir dans la seconde.

En effet, les écoutes avaient révélé que l’avocat de l’ex-président, Thierry Herzog, avait promis une mutation à Monaco au juge en charge de l’instruction à la cour de cassation, le juge Gilbert Azibert, en échange de ses services. Ce qui fait par conséquent de cette affaire un trafic d’influence supposé, comme le rappelle Le Canard.

En mars 2014, le quotidien Le Monde révélait que, après avoir découvert qu’il avait été mis sur écoute, Nicolas Sarkozy avait ouvert une autre ligne, au nom de Paul Bismuth, pour continuer à converser avec l’avocat chargé de sa défense, en toute tranquillité. Ce que l’on apprend aujourd’hui grâce au palmipède est de l’ordre de l’anecdote, mais n’en reste pas moins amusant : le premier téléphone "occulte" du président de la République était au nom de… Gilda Atlan.

À lire -> Nicolas Sarkozy se confie à Sciences Po et sort quelques perles