En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Après la primaire de la droite, François Fillon a prêté 300 000 euros à Nicolas Sarkozy

Dans un livre publié ce jeudi 23 novembre, l’ancien directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, raconte comment Nicolas Sarkozy a demandé 300 000 euros à l’ex-Premier ministre pour rembourser ses frais de campagne.

(© Liewig Christian/Corbis via Getty Images)

L’ancien directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, a écrit un livre racontant les coulisses du scrutin présidentiel. Intitulé Déflagration : Dans le secret d’une élection impossible, l’ouvrage a paru ce jeudi 23 novembre aux éditions Robert Laffont.

Il y raconte comment Nicolas Sarkozy a demandé à François Fillon de lui prêter de l’argent pour boucler ses comptes de campagne après la primaire de la droite et du centre. Une requête à laquelle le candidat défait à la présidentielle a donc accédé, grâce aux fonds dont disposait son micro-parti, Force républicaine.

Patrick Stefanini évoque un "deal financier" effectué au cours d’un déjeuner le 25 janvier dernier, ainsi qu’une rencontre quinze jours plus tard afin d’effectuer une transaction de 200 000 euros en liquide, suivie d’un virement de 100 000 euros.

"Un accord entre des grands responsables de la droite"

Celui qui avait démissionné de ses fonctions de directeur de campagne peu de temps avant le premier tour de l’élection présidentielle, en avançant des divergences "personnelle", "morale" et "politique" avec François Fillon, explique :

"Cela avait vocation à être rendu public, les comptes des campagnes politiques sont rendus publics au moment où les comptes sont présentés. C’est un accord entre des grands responsables de la droite, qui d’ailleurs était au bénéfice de notre famille politique, puisque à la fin, il s’agissait de rembourser Les Républicains."

Interrogé par l’AFP, l’entourage de l’ex-président a nié l’appellation de "deal financier", mais a néanmoins confirmé l’information, en évoquant "un accord entre Force républicaine et l’Association de soutien à l’action de Nicolas Sarkozy concernant le remboursement des moyens détachés par le parti pour la campagne des primaires de Nicolas Sarkozy".

Il s’agit d’une opération tout à fait légale en effet, mais qui met en lumière les problématiques soulevées depuis quelque temps déjà au sujet du nécessaire encadrement des micro-partis, dont le nombre est en forte hausse depuis plusieurs années.

À lire -> François Fillon arrête la politique : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux