En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Des associations féministes s’inquiètent de la baisse du budget consacré aux droits des femmes

Selon plusieurs associations féministes, une coupe budgétaire de 25 % devrait être demandée au secrétariat d’État à l’Égalité entre les femmes et les hommes.

Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat des droits des femmes dans son bureau. CC Site officiel du secrétariat d'Etat

Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, dans son bureau. (© site officiel du secrétariat d’État)

Depuis quelques jours, des associations féministes s’insurgent contre un projet de décret prévoyant une coupe de 7,5 millions d’euros dans le budget du secrétariat d’État à l’Égalité femmes-hommes. Pour rappel, Emmanuel Macron, surfant sur la vague du féminisme pendant la campagne présidentielle, avait promis un "ministère plein et entier des droits des femmes". Une promesse d’ores et déjà non tenue, puisque le secrétariat d’État n’est donc pas un ministère et qu’il est rattaché au Premier ministre. Mais qu’en sera-t-il du budget attribué aux luttes contre les violences faites aux femmes, le harcèlement sexuel, le sexisme, et devant servir à la promotion de l’égalité salariale ?

Une baisse de 25 % du budget

D’après ces associations, la coupe budgétaire serait de 7,5 millions d’euros, soit une baisse de 25 % par rapport au budget actuel. Une information provenant d’une source proche de la direction des finances publiques, comme le révèle Le Monde, obtenue "de manière officieuse mais de sources en lien avec le ministère." À noter que ce projet de décret reste provisoire, mais qu’il fait écho à la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, qui souhaite que la France économise 60 milliards d’euros d’ici cinq ans.

Dans une tribune publiée aujourd’hui, jeudi 20 juillet, dans L’Obs, ces organisations s’inquiètent donc de cette coupe budgétaire qui aurait des conséquences directes sur leurs actions :

"Les associations féministes interviennent chaque année auprès de centaines de milliers de femmes victimes de violences masculines et de discriminations. Elles ont des besoins spécifiques d’accès aux droits, à l’avortement, d’accompagnement à l’emploi, à l’autonomie, au logement, et une prise en charge spécifique en cas de violences (sexuelle, physique, psychologique, administrative…)."

Un budget alloué déjà insuffisant

Ces associations déplorent également l’insuffisance du budget qui leur est accordé. "Le budget alloué spécifiquement aux droits des femmes est égal à 0,0066 % du budget de l’État. C’est son plus petit budget, alors qu’il constitue quasiment à lui seul la politique de l’État en matière d’égalité femmes-hommes et de lutte contre les violences faites aux femmes", soulignent-elles.

De son côté, Marlène Schiappa, qui avait parlé de "fake news", a été entendue aujourd’hui au Sénat. Elle y a assuré que "les subventions en direction des associations ne baisse[raie]nt pas" cette année, rapporte France Info. Elle a cependant indiqué que les subventions d’une dizaine d’associations ne seront pas reconduites, sans les nommer. "Je n’ai pas la liste avec moi, je ne peux pas vous la donner", a-t-elle précisé ce matin à l’Assemblée nationale. On en saura un peu plus à la fin du mois de juillet, une fois que les restrictions budgétaires de chaque ministère auront été annoncées. En espérant que l’État ne réduise pas (trop) le budget de ce secrétariat dont il ne faudrait pas minimiser l’importance.