Aux États-Unis, les parents peuvent "rendre" les enfants qu’ils ont adoptés

Sept à huit a diffusé une enquête sur le système d’adoption aux États-Unis. Le reportage révèle que les parents peuvent rendre les enfants qu’ils ont adoptés.

© United International Pictures

Des speed datings entre enfants et parents adoptifs potentiels, des enfants qui défilent sur des podiums, des orphelins présentés sur catalogue… Telle est la triste réalité du système d’adoption américain, révélée par le magazine Sept à huit diffusé le dimanche 21 janvier.

Le reportage raconte comment, aux États-Unis, les enfants adoptés sont "jetables". En effet, il est possible de les ramener dans les orphelinats sans aucune raison, au bout de quelques mois, parfois même quelques années, comme l’a également relevé L’Express.

Le reportage suit le cas d’Isabella, violée par son frère, soustraite à ses parents alcooliques par les services sociaux, puis placée à 10 ans dans une famille adoptive qui finira par la rendre au bout de deux ans. C’est aussi le cas de Samuel, abandonné deux fois : une première fois par sa mère biologique, puis par sa famille adoptive chez qui il a vécu pendant près de trois ans.

Aux États-Unis, une adoption sur quatre est annulée par les parents. Chaque année, 25 000 enfants seraient ainsi "désadoptés". Certains organismes d’adoption en ont même fait leur spécialité. On parle alors des orphelins rendus comme d’enfants de "seconde main" ou "d’occasion".

Afin de maximiser leurs chances de refaire adopter ces "désadoptés", ces organismes misent sur des événements : foires, speed datings ou encore défilés façon mini-miss. Les frais liés à l’adoption seraient également moins élevés, selon les auteurs du reportage. Mais si un enfant est choisi, rien ne lui garantit que sa nouvelle famille ne le rendra pas à nouveau.

À lire -> This Is Us s’attaque avec justesse et sensibilité au sujet de l’adoption