En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Bachar el-Assad accuse la France de "soutien au terrorisme"

Après qu’Emmanuel Macron a déclaré dimanche 17 décembre que le Président syrien Bachar el-Assad devrait "répondre de ses crimes", celui-ci a répondu à son homologue en accusant la France de "soutenir le terrorisme" et donc de ne pas être en mesure de "s’ingérer dans les affaires syriennes".

(© Wikipédia/Kremlin.ru)

Quelques jours après l’échec des pourparlers à l’ONU concernant la guerre en Syrie, Emmanuel Macron a accordé une interview à France 2 dimanche 17 décembre dans laquelle il a évoqué la question syrienne. Dans cet entretien, il a assuré que d’ici "fin février", la France aura "gagné la guerre en Syrie" :

"Le 9 décembre, le Premier ministre irakien [Haïder al-Abadi, ndlr] a annoncé la victoire face à Daech et je pense que, d’ici mi, fin février, nous aurons gagné la guerre en Syrie."

Prédisant la fin du conflit à l’œuvre en Syrie, le Président français a annoncé qu’il faudrait ensuite établir le dialogue avec le dirigeant syrien : "Bachar sera là, il faudra parler avec lui et ses représentants", ajoutant qu’il devrait "répondre de ses crimes devant son peuple [et] devant la justice internationale".

En réponse à cette déclaration, Bachar el-Assad a répondu que la France avait "été le porte-étendard du soutien au terrorisme en Syrie dès les premiers jours", en faisant référence au soutien français des rebelles syriens opposés au régime en place en Syrie. Bachar el-Assad a assuré que Paris n’était donc "pas en position de donner une évaluation d’une conférence de paix", ajoutant :

"Celui qui soutient le terrorisme n’a pas le droit de parler de paix et n’a même pas le droit de s’ingérer dans les affaires syriennes."

À lire -> La Syrie va rejoindre l’accord de Paris : les États-Unis sont désormais tout seuls