En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une banderole souhaitant la bienvenue aux réfugiés déployée sur la statue de la Liberté

Mardi 21 février, la statue de la Liberté arborait le message "les réfugiés sont les bienvenus", inscrit en lettres capitales blanches sur fond rouge. 

Mardi 21 février, les New-Yorkais ont découvert sur la statue de la Liberté un message incontestablement adressé au président Donald Trump, en réponse à son projet de Muslim Ban et sa volonté de durcir considérablement les conditions d'entrée sur le territoire américain pour les réfugiés.

Le choix de disposer cette banderole sur la statue de la Liberté est évidemment stratégique. Inauguré en 1866, ce monument offert aux États-Unis par la France est devenu le symbole de l'accueil des immigrants aux États-Unis, puisqu'il s'agissait de la première chose qu'ils voyaient en arrivant sur le continent après avoir traversé l'Atlantique.

L'action a été revendiquée par le compte Twitter Alt Lady Liberty, compte anonyme créé au matin du déploiement de la banderole sur la statue. Un courrier a été envoyé au Huffington Post US par un porte-parole anonyme du groupe, dans lequel il explique :

"L’action a été décidée par des citoyens qui sont préoccupés par le tournant anti-américain pris avec notre nouvelle politique d’immigration. Le fait de détourner les réfugiés, comme nous l’avons fait pour Anne Frank, ne nous rend pas grands. Les réfugiés sont les bienvenus ici, les musulmans sont les bienvenus ici et les immigrants sont les bienvenus ici."

La banderole, installée illégalement, est restée exposée environ une heure avant d'être décrochée. La police new-yorkaise a ouvert une enquête pour identifier les auteurs de ce message.