En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Benoît Hamon annonce la création d’un mouvement "transpartisan" après les législatives

L’ex-candidat du Parti socialiste, qui n’a pas pu accéder au second tour du scrutin présidentiel après n’avoir recueilli que 6,36 % des suffrages, a annoncé mercredi 10 mai la création d’un mouvement "transpartisan", qui se lancerait à partir du 1er juillet prochain.

À l’occasion d’une interview sur France Inter mercredi 10 mai, le candidat défait du Parti socialiste (PS) lors de l’élection présidentielle a annoncé qu’il tenterait de reconstruire une gauche affaiblie, qu’il souhaite "inventive" et "qui dépassera les étiquettes politiques". Il a d’abord expliqué qu’il restait solidaire des candidats du PS pour les élections de juin prochain, mais pas de ceux d’En Marche ! :

"Je soutiendrai les candidats de ma famille politique aux élections législatives, à condition qu’ils ne soient pas des candidats qui s’inscrivent dans la majorité présidentielle, dont je pense qu’elle n’a aujourd’hui guère de chance de répondre à ce qu’est la tâche historique de la gauche, qui est de permettre aux hommes et femmes de vivre mieux, de s’épanouir et de s’émanciper."

Il a ensuite corroboré les propos tenus par Manuel Valls il y a quelques jours, qui annonçait la "mort" du Parti socialiste. Benoît Hamon a donc décidé de proposer une nouvelle voie : "La gauche pourrait disparaître du Parlement. Seul le rassemblement permettra de faire entendre notre voix face aux régressions." Il a ainsi affirmé être déjà dans l’opposition au gouvernement que proposera Emmanuel Macron – une opposition qu’il veut "sereine", mais qui ne se "contenterait pas de cela", en raison de l’enjeu majeur qu’est la recomposition de la gauche. Le député des Yvelines a donc annoncé qu’il créera son propre mouvement :

"Le 1er juillet, je lancerai un mouvement large qui s’adressera aux hommes et aux femmes de gauche, citoyens, pour être en situation de se retrouver, de penser les suites que nous pouvons donner à ce travail que nous avons commencé lors de la campagne présidentielle, travail sur ces idées nouvelles."

Benoît Hamon a insisté sur sa volonté "transpartisane", en précisant que ce mouvement pourra accueillir des personnes avec l’étiquette France insoumise ou En Marche ! et qu’il naîtra d’une démarche participative, puisqu'il "se nourrira du travail des intellectuels, de cette innovation citoyenne et démocratique que [nous] avons mis en œuvre lors de cette campagne présidentielle". Il a ensuite indiqué :

"J’inviterai des hommes et des femmes qui appartiennent aux partis politiques, ou n’y appartiennent pas. Je les inviterai à continuer ce travail indispensable pour reconstruire la gauche […]. Aujourd’hui, on peut appartenir au Parti communiste, aux écologistes, se reconnaître dans différentes candidatures et avoir envie de travailler ensemble."

Enfin, Benoît Hamon en a profité pour réagir aux récents retournements de veste de Manuel Valls, déclarant : "Je crois dans ces aurores incertaines, car elles sont beaucoup plus prometteuses que l’opportunisme compulsif de quelques-uns."