En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Benoît Hamon nettement en tête du premier tour de la primaire

Les premiers résultats donnent Benoit Hamon et Manuel Valls en tête.

benoit-hamon-refuse-que-manuel-valls-ferme-le-debat-sur-la-decheance

Ce dimanche, c'était jour de primaire pour le Parti socialiste et sa Belle Alliance populaire. Au programme, voter pour sept candidats qui se sont présentés devant les sympathisants de gauche : Manuel Valls, Arnaud Montebourg, Benoit Hamon, Vincent Peillon, Silvia Pinel, François de Rugy et Jean-Luc Bennahmias.

Et les résultas sont tombés : si tous les bulletins n'ont pas encore été tous dépouillés au regard des 7 530 bureaux prévus partout en France et que l'on sait qu'environ 1,5 à 2 millions de personnes sont allées voter aujourd'hui, deux candidats sortent du lot. Il s'agit de Benoit Hamon, avec 35,21% des voix, et Manuel Valls, avec 31,5%, sur 3090 bureaux de votes dépouillés. Derrière, on trouve Arnaud Montebourg à 18,7%, Vincent Peillon à 6,48%, puis François de Rugy (3,5%), Silvia Pinel (2,1%), et Jean-Luc Bennahmias (1,6%).

Valls contre Hamon : deux programmes pour deux PS

Deux programme s'affronteront donc sûrement dimanche prochain. À ma gauche, Benoit Hamon. Dans les grandes lignes, l'homme politique entend créer un revenu universel sans condition de ressources, engager trois référendums dès le début de son mandat, abroger la loi travail et aller vers une transition écologie forte.

A lire : Reconnaissance du vote blanc, revenu universel : les principaux points du programme de Benoît Hamon

A ma droite, Manuel Valls. L'ancien chef du gouvernement répond au revenu universel de Benoit Hamon par la création d'un revenu "décent", attribué selon leurs ressources aux personnes majeures résidant en France, y compris les 18-25 ans.

Aussi, il entend mettre en place un service civique obligatoire, répondre à l'urgence climatique à travers un ministère unique qui rassemblerait les ministères de l’Écologie, de l’Industrie et de l’Énergie et abroger le 49.3, qu'il aura utilisé par six fois au cours de son mandat de Premier ministre, sous l'autorité de François Hollande.

A lire : Suppression du 49.3, service civique obligatoire : les principaux points du programme de Manuel Valls

Journaliste culture depuis 1956. Musique, cinéma et un peu de photographie.