En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour leur bizutage, 1 500 étudiants lyonnais luttent contre le mal-logement

Au lieu de se faire mettre la misère pendant un mois, une promo d’étudiants lyonnais a décidé de s’engager dans une vaste action solidaire.

© page Facebook Habitat et Humanisme

C’est quand même plus malin que de boire des shots infects en courant sur un lac gelé pendant que l’on vous crie "BIZU BIZU BIZU !" à fond dans les oreilles, nan ? Pour sensibiliser l’opinion publique sur la question du mal-logement, les nouveaux étudiants de l’IUT Lyon 1 prévoient de passer leur bizutage à sillonner la ville, armés de chasubles orange et de petits goodies vendus 2 euros pièce.

L’opération lancée ce jeudi dure jusqu’au 30 septembre prochain, une vingtaine de jours donc au cours desquels les quelque 1 500 bizuts comptent bien récolter un maximum de fonds pour retaper trois appartements insalubres de la résidence Christophe Mérieux. Coût des travaux : 60 000 euros ; objectif de la collecte : 30 000 euros.

Car l’opération peut compter sur le précieux soutien d’Orpéa, entreprise spécialisée dans la prise en charge de la dépendance et qui s’est engagée à doubler la somme récoltée par les bizuts. Un coup de main bienvenu qui montre l’intérêt des acteurs économiques, politiques et associatifs pour le projet. Matthieu de Châlus, de l’ONG d’Habitat et Humanisme, y voit ainsi une "alternative intelligente et solidaire au bizutage qui peut être tout aussi amusante".

De son côté, le maire de Lyon se félicite assez logiquement que ses jeunes administrés s’attellent au problème du mal-logement avec autant d’énergie, et espère que l’action fasse tache d’huile et encourage d’autres initiatives similaires. "La solidarité est contagieuse", a-t-il ainsi déclaré. "Si vous voyez des jeunes gens engagés dans la société, je pense que cela est de nature à nous interpeller tous, citoyens et habitants de la ville."