En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Une bombe de la Seconde Guerre mondiale découverte à Fukushima

La zone avait été bombardée par l’aviation américaine et pourrait regorger de ces sympathiques engins de mort.

Cela fait maintenant six ans que les travaux de décontamination se poursuivent à Fukushima. (IAEA/Flickr/CC)

Super rassurant ! Alors que les travaux pour démanteler les réacteurs de la centrale nucléaire japonaise de Fukushima s’éternisent, les équipes sur place ont fait une découverte pour le moins préoccupante : une bombe d’environ 85 centimètres de long pour 15 centimètres de diamètre, tranquillement enfouie dans le sol. L’engin explosif, qui date très probablement de la Seconde Guerre mondiale, "a été repéré vers 7 heures 30 heure locale par un employé d’une société sous-traitante, au cours de travaux pour créer un parking", a déclaré un porte-parole de la société japonaise Tepco.

A priori, pas d’inquiétudes : la bombe "se trouvait dans le sol à une distance d’un kilomètre des bâtiments des réacteurs 2 et 3 du site". Un périmètre de sécurité a tout de même été mis en place pour éviter tout incident sur ce lieu déjà sinistré, et les forces d’autodéfense (le nom de l’armée japonaise) devraient prendre la situation en main, évaluer le danger représenté par l’appareil et le désamorcer. "Nous avons prévenu les services de police de Futaba qui sont désormais chargés de suivre le dossier", explique le porte-parole de Tepco.

Des travaux à 170 milliards d’euros

Franceinfo rappelle que la zone côtière était, pendant la Seconde Guerre mondiale, régulièrement bombardée par l’aviation américaine. En cause, la présence d’une base aérienne de l’armée nippone localisée entre les deux villes côtières de Futaba et Okuma. Des années plus tard, c’est aux abords de ce site que les autorités japonaises ont choisi de construire six réacteurs nucléaires. On n’est donc pas à l’abri de nouvelles trouvailles de la sorte, à mesure que les travaux de démantèlement des réacteurs déficients se poursuivent.

Le 11 mars 2011, un violent séisme et un tsunami avaient provoqué des explosions et gravement endommagé quatre des six réacteurs de la centrale Fukushima Daiichi. Entrés en fusion, ils ont irradié l’ensemble de la zone, évacuée en catastrophe par les autorités nippones. Aujourd’hui encore, les titanesques travaux de décontamination continuent, et le coût global de la catastrophe devrait dépasser les 170 milliards d’euros. La radioactivité de la zone ne semble pas décroître, les villes alentour sont désertes, l’état de santé de la population locale inquiète les autorités, et les robots envoyés pour démanteler les réacteurs "meurent" avant d’avoir atteint les réacteurs… Les bombes de la Seconde Guerre mondiale sont donc le cadet des soucis des autorités japonaises.