En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Brexit : le Royaume-Uni envisage de limiter l’immigration européenne dès 2019

D’après des informations exclusives du Guardian, publiées le 5 septembre, le gouvernement de Theresa May plancherait sur des mesures visant à restreindre la libre circulation des travailleurs dès la mise en place du Brexit.

© Jay Allen/Flickr/CC

Mardi 5 septembre, le quotidien britannique The Guardian a publié sur son site un document confidentiel de 82 pages daté d’août 2017 qui permet d’en savoir un peu plus sur les intentions du gouvernement de Theresa May une fois la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE) orchestrée. L’objectif est clair et tient en une phrase : "L’immigration ne doit pas bénéficier seulement aux immigrés mais aussi améliorer la situation des résidents."

Parmi les principales mesures, on trouve l’obligation pour les citoyens de l’UE de montrer leur passeport à leur arrivée au Royaume-Uni ainsi que la création d’un permis de résidence biométrique. Il faudra donc désormais fournir ses empreintes digitales pour obtenir le statut de résident.

Priorité aux emplois qualifiés

Le gouvernement conservateur semble vouloir serrer extrêmement la vis concernant la politique migratoire. Il est ainsi écrit noir sur blanc que "la liberté de circulation telle qu’elle existe actuellement prendra fin". On apprend notamment l’intention du gouvernement de limiter la possibilité de recourir au regroupement familial. Enfin et surtout, selon le Guardian, l’objectif serait de privilégier l’immigration des travailleurs hautement qualifiés. Si ces derniers pourront se voir délivrer des permis de travail pour une durée maximale de cinq ans, les employés non qualifiés auront, eux, des chances beaucoup plus minces de se voir accorder le droit de venir travailler outre-Manche, et pour deux ans maximum.

Le porte-parole de la cheffe du gouvernement s’était exprimé à ce sujet fin juillet, déclarant, comme le rapportaient alors Les Échos : "Les éléments concernant le système régissant l’immigration après le Brexit seront exposés en temps utile, il serait inutile de spéculer sur leur sens ou de laisser croire que la liberté de circulation puisse rester dans son état actuel." Un mois plus tard, bien que The Guardian précise bien que le gouvernement n’a pas encore validé ce document, ce texte laisse effectivement penser que des mesures drastiques vont être prises pour limiter l’immigration.

Le porte-parole du gouvernement a refusé de commenter ces informations et indiqué que la présentation des mesures pour "reprendre le contrôle des frontières britanniques" aurait lieu "à l’automne".

À lire -> Brexit : plus de 120 000 Européens ont quitté le Royaume-Uni en un an