En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le niveau en lecture des écoliers français en baisse, Blanquer dégaine la dictée quotidienne en primaire

Mardi 5 décembre, une enquête a mis au jour les mauvais résultats en lecture des écoliers français, à la traîne par rapport à leurs petits voisins européens. Pour remédier à cela, le ministre de l’Éducation nationale a annoncé la mise en place d’une dictée "quotidienne" à l’école primaire.

Une école primaire à Cerny (Essonne). (© BSIP/UIG via Getty Images)

Mardi 5 décembre a été publiée une étude mesurant les compétences en lecture des écoliers de 50 pays du monde. Et la France figure bien bas puisqu’elle se classe 34e sur 50. Surtout, elle se classe parmi les derniers à l’échelle européenne.

Ce n’est pas tout puisque l’étude Pirls (Programme international de recherche en lecture scolaire), menée dans 50 pays sur 320 000 enfants âgés de 9 à 10 ans, a démontré que la France était le seul pays avec les Pays-Bas où le niveau des élèves en lecture a régressé depuis la création du programme il y a quinze ans. Comme le précise Le Parisien, les écoliers français sont "plutôt performants" quand il s’agit de répondre à une question simple sur les textes qu’ils lisent. En revanche, ils rencontrent "de grandes difficultés" lorsqu’il s’agit de donner une interprétation ou de bâtir un raisonnement argumenté autour de ce qu’ils ont lu. "En clair, résume Le Parisien, les petits Français ont du mal à lire 'utile', c’est-à-dire à apprendre et déduire des choses de leurs lectures."

Lors d’une conférence de presse, le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a assuré que la France "[pouvait] rebondir" et expliqué qu’il détaillerait le "chemin pris pour cela". Il a donc certifié que la lecture serait "une priorité" et promis que "l’heure consacrée aux élèves en difficulté [serait] dédiée à la compréhension en lecture".

"La dictée quotidienne doit devenir une réalité"

Jean-Michel Blanquer a d’abord posé un constat sans appel, reconnaissant "la baisse de la maîtrise du français par les élèves" avant de déclarer : "derrière la froideur des chiffres, il y a des trajectoires humaines."

Pour tenter d’y remédier, le ministre a donc annoncé la mise en place à l’école primaire d’une dictée quotidienne dans le but de "davantage faire de l’école maternelle une école du langage", poursuivant :

"L’enseignement systématique et rigoureux de la grammaire et du vocabulaire pour une orthographe solide : la dictée quotidienne doit devenir une réalité à l’école élémentaire."

Cette disposition, qui sera mise en place du CP au CM2, vise, d’après le ministère, à "souligner le caractère quotidien et central de la lecture, ainsi que l’importance d’un apprentissage systématique du vocabulaire, de la grammaire et donc de l’orthographe". Cette mesure sera complétée par deux heures hebdomadaires de soutien, consacrées à la compréhension de l’écrit, en classe de 6e.

À lire -> Le ministre de l’Éducation veut offrir les Fables de La Fontaine à tous les CM2