En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Croyant sa visite chez Deezer plus sûre, Fillon s'y fait troller à la puissance mille

Après avoir fui l'impertinence de l'École 42, François Fillon se prend exactement la même chez Deezer. Génies.

dsc_0086

Ce matin, tout le monde s'est plus ou moins fendu la gueule devant l'annulation express de la visite de François Fillon dans les locaux de l'École 42. On le comprend. Les petits génies de l'informatique étudiant dans l'école avaient en effet prévu de lui administrer une bonne dose de trolling intensif pour immortaliser dans le sang cette journée si spéciale : fonds d'écran Penelope Fillon sur tous les ordis de l'école, gros messages : "Rends l'argent François" sur le portique d'accueil, etc. Un petit jet de farine intempestif a même été évoqué, encore un.

Horrifié à l'idée de vivre une telle humiliation en direct, le candidat de la droite et du centre s'est donc tourné vers des contrées plus tranquilles sans changer fondamentalement l'objectif de cette journée de campagne : se poser comme le candidat du numérique, après avoir affirmé qu'il était l'homme grâce auquel Internet était arrivé en France. Qui de mieux que Deezer, licorne française, start-up high-tech capitalisée à plus d'un milliard d'euros à son entrée en bourse, pour coller avec ce discours de pionnier 2.0 ? Au pied levé, la visite est donc déplacée dans leurs locaux et, l'espace d'un instant, la sérénité s'installe chez les responsables com' de la campagne de Fillon.

Mais l'art du trolling ne connaît pas de frontières, a fortiori quand on imagine que les étudiants de l'École 42 iront grossir les rangs de boîtes comme Deezer d'ici quelques années. Alors forcément, chez la plateforme de streaming aussi, l'accueil du candidat s'est fait à base de bons gros fonds d'écran : "Rends l'argent François". Après avoir creusé la tombe des taxis et des vidéo-clubs, le numérique vient de creuser celle de l'expression : "L'herbe est plus verte dans le pré d'à côté." RIP.