En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Découvrez Tabarnia : la région imaginaire qui veut se désolidariser de la Catalogne indépendantiste

Non, Tabarnia n’est pas une contrée de la Terre du milieu, c’est la dernière trouvaille des unionistes pour protester contre les élections régionales en Catalogne.

Mardi 26 décembre, le mot "Tabarnia" a réussi à se hisser en "top tweet monde" ! Derrière ce nom énigmatique, se cache une pétition satirique imaginée par les unionistes espagnols, pour protester contre la victoire des indépendantistes en Catalogne.

Après un référendum au forceps, et plusieurs semaines d’atermoiements, de nouvelles élections régionales se sont tenues le 21 décembre dans la région du nord-ouest de l’Espagne. Et contrairement à ce qu’on aurait pu penser, les partis séparatistes catalans ont remporté ce scrutin, de justesse, laissant une partie de l’électorat catalan mécontent.

La région de Tabarnia a donc été imaginée par ces derniers, pour se désolidariser du vote. Cette partie fictive de la Catalogne qui souhaite rester fidèle à l’Espagne, recouvre toute la côte, de la ville de Taragone jusqu’à la capitale de la région, Barcelone. Formée d’un subtil mélange entre "Taragona" et "Barcelona", Tabarnia s’est même choisi un drapeau, alliage entre les étendards des deux villes.

"Barcelona is not Catalonia"

"Barcelona is not Catalonia", revendiquent les auteurs de la pétition qui a déjà récolté près de 65 000 signatures sur change.org. Le slogan, qui singe ouvertement celui des indépendantistes ("Catalonia is not Spain") a depuis envahi les réseaux sociaux, avec plus de 120 000 messages échangés selon Le Temps.

Reprenant la rhétorique des indépendantistes, ils réclament : "[le] droit à décider si nous voulons ou non former une nouvelle région espagnole qui nous isole de la menace séparatiste". Cela fait écho au "droit à décider" brandi par les Catalans qui réclamaient un référendum d’autodétermination pour la région.

Cette pétition révèle à quel point les situations sont disparates dans cette région d’Espagne. Alors qu’à l’intérieur des terres, l’électorat soutient plutôt l’indépendance de la région, les villes côtières plus industrielles et touristiques ont tout intérêt à rester partie prenante de l’Espagne.

À lire -> Catalogne : la Cour constitutionnelle espagnole annule la déclaration d’indépendance de la région