En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Depuis les dernières législatives, la consommation d’alcool a dégringolé à l’Assemblée nationale

Les nouveaux députés seraient moins portés sur les vins et spiritueux que leurs prédécesseurs…

© Richard Ying et Tangui Morlier/Wikimedia Commons/CC

C’est un chiffre étonnant que révèle Ouest France : depuis l’arrivée de la nouvelle législature en juillet dernier, la consommation de vin et d’alcools forts a chuté de 50 % dans les restaurants de l’Assemblée nationale. Cinquante pour cent ! En quatre mois à peine !

Les nouveaux députés seraient-ils plus sages que les précédents ? Toujours selon Ouest France, la nouvelle vague d’élus – qui comprend un grand nombre de jeunes députés de La République en marche (LREM) – préférerait les bières et le coca aux alcools forts, comme le constate Florian Bachelier, député (LREM) d’Ille-et-Vilaine et accessoirement questeur à l’Assemblée nationale. "Monsieur économie" en somme :

"Les nouveaux [députés], dont 351 'marcheurs', sont plus représentatifs de la société française : la consommation d’alcool baisse en France ; elle baisse également à l’Assemblée nationale. C’est plutôt une bonne chose", analyse celui qui a constaté en premier ce changement d’habitude des élus.

Le changement est tel que le palais Bourbon envisage de vendre les bouteilles de vin traînant encore dans ses caves. Il ne faudrait quand même pas gâcher ! 5 100 bouteilles seront ainsi mises en vente, selon Ouest France. De quoi faire une économie de 77 000 euros tout de même.

À lire -> Clémentine Autain regrette l’absence de garderie pour les enfants des députés à l’Assemblée nationale