En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Des centaines de comptes Twitter, dont ceux de Bercy et d'Alain Juppé, piratés par des pro-Erdogan

Les comptes d'Amnesty International, de l'émission Envoyé Spécial, du Téléthon ou encore d'AlloCiné ont aussi été touchés.

Source © Twitter

(Via Twitter)

Mercredi 15 mars au matin, des internautes ont pu apercevoir des tweets germanophobes, néerlandophobes et pro-Erdogan sur des centaines de comptes Twitter certifiés, dont ceux du ministère de l'Économie et des finances et de médias français et allemands. Sur tous les comptes concernés par ce piratage de grande ampleur, on pouvait lire le message suivant : une croix gammée suivie des hashtags "Allemagne nazie" et "Pays-Bas nazis", avec un drapeau turc et une vidéo montrant le président Recep Tayyip Erdogan. Le tout est complété par un appel à "se rassembler le 16 avril", la date d'un important référendum en Turquie sur un possible élargissement des pouvoirs du président.

La publication de ces tweets arrive après le déclenchement d'une vive polémique entre la Turquie et certains pays européens. Samedi 11 mars, deux ministres turcs soutenant la réforme constitutionnelle voulue par le président Erdogan se sont vu refuser l'entrée aux Pays-Bas. Ces ministres voulaient participer à un meeting organisé à Rotterdam pour tenter de convaincre la communauté turque locale.

L'Allemagne a également décidé d'annuler plusieurs rassemblements de soutien de ce type, prévus sur son territoire. Furieux, le président turc a déclaré : "Allemands, vous ne faites en rien de la démocratie et vous devriez savoir que vos mesures, actuellement, ne diffèrent en rien de celles de la période nazie. […] Je croyais que vous aviez abandonné ces mesures depuis longtemps, je me suis trompé." La croix gammée des tweets publiés sur les différents comptes piratés pourrait ainsi être une référence à cette déclaration du président turc. Autre élément faisant penser que ce piratage viendrait du camp Erdogan : le hacking a eu lieu le 15 mars, date des élections législatives aux Pays-Bas.

C'est l'application Twitter TheCounter (qui fait notamment de l'analyse de données) qui pourrait avoir été le point d'accès des hackeurs, comme l'explique Nextinpact. Les soupçons se sont en effet rapidement tournés vers cette application utilisée par tous les comptes victimes de ce piratage. TheCounter a en effet l'autorisation d'écrire et de publier des tweets sur les comptes qui l'utilisent. L'application a annoncé avoir commencé une enquête sur ce vaste piratage.

"Nous sommes au courant que notre service a été hacké et nous avons commencé à enquêter sur ce problème. Nous avons déjà prévu des mesures pour limiter des abus de ce type."