En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

"Effet Macron" : la France au top de l’influence diplomatique dans le monde

La France termine en tête des pays au plus grand "soft power".

Jeso Carneiro/Flickr/CC

(© Jeso Carneiro/Flickr/CC)

Aujourd’hui, on ne mesure plus la puissance d’un pays seulement à sa puissance militaire, mais aussi à son "soft power", comme on dit dans le jargon des relations internationales. Le "soft power", c’est montrer sa puissance sans faire la guerre, grâce à sa culture, à ses idées, à des structures (comme les Jeux olympiques par exemple). Tous les ans depuis ces trois dernières années, le cabinet de conseil en communication britannique Portland, dresse le palmarès international des pays qui ont le plus de pouvoirs, sans avoir besoin de montrer missiles, chars, et avions de chasse. Et cette année, le grand premier, c’est nous, la France.

Macron président, l’idole diplomatique

Comme le souligne le journal anglais The Guardian, le "soft power" c’est aussi et surtout "la capacité de lier des alliances internationales et de façonner les préférences des autres grâce à l’attractivité d’un pays." C’est donc grâce à son nouveau président, que la France s’est vu grimper à la première place du podium, alors qu’elle n’était qu’à la cinquième place l’année dernière, comme le stipule Portland communications dans son étude, qui a été réalisée en partenariat avec le Centre de diplomatie publique de l’université de Californie du Sud.

Jonathan McClory, l’auteur du rapport a confié au journal Newsweek, que si la France a décroché la première place diplomatique, c’est surtout grâce aux résultats des élections présidentielles, et donc grâce aux Français qui ont voté. "Le 'soft power' de la France a sans aucun doute été encouragé par la défaite du Front national et l’élection du plus jeune président de son Histoire, Emmanuel Macron, a affirmé McClory. Élu sur la base d’un programme de réformes proeuropéennes, le président surfe sur une vague de popularité nationale et internationale."

Bon, il faut avouer qu’avec l’élection de Donald Trump aux États-Unis et le Brexit en Angleterre, la concurrence n’était pas bien rude. C’est surtout face à une faible concurrence que la France a pu gagner la première place. Jonathan McClory l’explique très bien :

"Dans des circonstances normales, le 'soft power' est une valeur relativement stable. Mais nous ne sommes pas dans des circonstances normales, a analysé Joseph Nye, l’universitaire américain qui a développé le concept, rapporte le communiqué de presse. Le résultat de cette enquête reflète le changement dans l’équilibre des influences mondiales […]. Le désir de Donald Trump de faire passer 'l’Amérique d’abord' sape le 'soft power' des États-Unis."

La France, populaire à l’internationale

Autre outil de mesure pour définir le "soft power" d’un pays, son rayonnement international. Et quoi de mieux que le tourisme pour dire si un pays fait rêver ? Malgré les nombreux attentats qui ont sévi sur le sol français, force est de constater que les touristes viennent toujours à Paris et partout en France. Malgré la prolongation de l’état d’urgence, "la menace terroriste n’a pas arrêté les nombreux touristes de venir en France et de profiter de sa riche offre culturelle et gastronomique et de son mode de vie", écrit le rapport.

Dernière nous, on trouve Londres, qui est arrivé deuxième malgré le Brexit, Washington, qui était premier l’an passé, puis l’Allemagne et le Canada. Les derniers de la classe diplomatique sont la Russie, la République tchèque, la Hongrie, le Brésil et la Turquie, qui ne respectent pas les droits de l’homme et montrent une forte instabilité politique.