En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Élections européennes : le projet de loi habile de LREM pour avoir plus de temps d’antenne

D’après un projet de loi mis au jour par Marianne, le parti du gouvernement souhaiterait modifier les règles relatives à la campagne des élections européennes dans l’audiovisuel public, lui permettant d’augmenter son temps d’antenne de 155 %.

(© Facebook de Gérard Collomb)

Un projet de loi daté du 3 janvier, présenté par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb au nom du Premier ministre Édouard Philippe et exhumé par Marianne, ne présage rien de bon quant au respect de la pluralité des opinions lors des élections européennes. D’autant plus si l’on rappelle qu’en amont, le Conseil d’État avait été consulté et donné un avis négatif.

En effet, après lecture de cette proposition de texte, on observe des dispositions qui seraient grandement favorables au parti présidentiel. Ainsi, si le projet de loi était voté et mis en place, les deux heures destinées à la diffusion de spots de campagne ne seraient plus divisées entre les listes de manière égale, mais réparties de manière proportionnelle.

Ainsi, avec cette nouvelle disposition, le temps d’antenne serait réparti en fonction du poids des différents partis au Parlement. Or, on s’en rappelle, lors des élections législatives, La République en Marche avait remporté un nombre de sièges record avec 312 députés du parti et apparentés. Ce qui permettrait au parti, d’après les calculs de Marianne, d’augmenter son temps de pas moins de 155 %.

"Grossière manœuvre !"

À l’inverse, la France insoumise verrait pour sa part son temps de parole divisé par dix, passant alors de vingt à deux minutes. Quant aux partis qui ne sont pas parvenus à constituer une liste, ils devraient se partager une heure d’antenne, à l’instar de Debout la France ou du Front national.

Le projet de loi sera discuté par les députés à partir du 17 janvier. En attendant, Jean-Luc Mélenchon a d’ores et déjà publié un communiqué de presse. Selon le leader de la France insoumise, cela résulte d’une volonté du gouvernement de "confisquer le droit à la parole de l’opposition populaire" :

"Grossière manœuvre ! Tout ou presque pour les uns, rien pour les autres.

Ainsi, dans ce cas, LREM pourrait disposer de 50 mn contre 2 mn pour la France insoumise ! Deux minutes ! Soit 25 fois plus de temps de parole, alors qu’ils n’ont obtenu que trois fois plus de voix aux législatives."

À lire -> Pour un député LREM, certains chômeurs "partent en vacances aux Bahamas" avec leurs allocs