En 347 jours de mandat, Donald Trump aurait raconté n’importe quoi 1 950 fois

Soit une moyenne de 5,6 inepties par jour !

(© Gage Skidmore/Flickr/CC)

Bientôt un an que l’Amérique et le monde se réveillent au son des tweets et autres remarques inconséquentes du président des États-Unis, Donald Trump. On pensait incalculable le nombre de petites phrases approximatives, voire carrément fausses, professées par l’ancien magnat de l’immobilier depuis le début de son mandat.

C’était sans compter le travail de fourmi réalisé par le Washington Post, qui a tenu les comptes pendant près de douze mois. Ce mardi 2 janvier, il en a publié la somme, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le résultat est édifiant. De la petite approximation au pur mensonge, Donald Trump aurait raconté n’importe quoi 1 950 fois en 347 jours, soit une moyenne de 5,6 propos fallacieux par jour !

Le journal a même fait un graphique qui classe ses inepties par catégorie : élection présidentielle, crimes, politique étrangère, économie… Ce travail permet également de mettre en lumière la tendance du 45e président des États-Unis à se répéter : il aurait ainsi martelé au moins trois fois une soixantaine de propos.

24 inexactitudes en une seule interview

Il y a bien évidemment des sujets qui reviennent plus que d’autres. Le président des États-Unis a en effet ses obsessions : l’Obama Care, le chômage ou encore la bourse. L’assertion "la bourse a atteint des sommets historiques et demeure en hausse" aurait été répétée quelque 85 fois depuis le mois de février dernier. Or, durant la campagne, il n’avait eu de cesse d’alerter l’opinion sur cette "bulle" prête à exploser à tout moment. Autre record, le 28 décembre dernier, Trump aurait tenu pas moins de 24 propos inexacts dans une seule interview, publiée par le New York Times.

Comme le rapporte le Washington Post, ce travail de recensement et de fact-checking ne devait à l’origine durer que 100 jours. Mais à la demande générale, il a choisi de l’étendre à une année entière. Alors que Donald Trump s’apprête à célébrer sa première année de mandat dans une quinzaine de jours, le journal devra décider s’il continue ou non de compter les déclarations incorrectes du président.

Nous, on dit oui !

À lire -> La Palestine répond à Trump qui menace de lui supprimer son aide financière