En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

#LesFemmesOntLePouvoir : les femmes du monde entier s'engagent pour la présidentielle française

La newsletter féministe Les Glorieuses s'associe au mouvement Women's March Global pour soutenir les Françaises et les encourager à voter, grâce au hashtag #LesFemmesOntLePouvoir.

18056222_457614427916283_4546925597366992497_o

Le 21 avril 1944, il y a pile 73 ans, les Françaises obtenaient le droit de vote à l'issue d'un long combat politique. Une victoire qui ne signifiait pas pour autant la fin de la lutte pour les droits des femmes. Newsletter féministe créée en 2015, Les Glorieuses sont devenues au fil du temps une véritable plateforme engagée. Pour les élections de 2017, elles ont mis en place une plateforme "politique et non partisane" qui décrypte les programmes des candidats à la présidentielle en ce qui concerne les droits des femmes.

Intitulée "Les Femmes ont le pouvoir", elle invite les citoyennes à "s'informer", "s'inspirer", et surtout "s'engager". Le motto ? Une citation d'Alice Walker, écrivaine et militante féministe américaine : "Les gens abandonnent leur pouvoir quand ils pensent qu’ils n’en ont pas."

Les Glorieuses cherchent donc à montrer aux femmes le pouvoir qu'elles ont, elles qui ont durement lutté pour faire entendre leur voix et qui constituent près de 53 % de l'électorat français. Pour cela, elles veulent "tout tenter", nous a affirmé Rebecca Amsellem, fondatrice et dirigeante des Glorieuses.

Montrer le pouvoir des femmes

Rebecca Amsellem nous a ainsi expliqué que Les Glorieuses avaient depuis longtemps envie de faire un partenariat avec l'ONG Women's March Global, un "mouvement proactif international qui a galvanisé les gens pour défendre les droits des femmes" – notamment en organisant la grande marche féministe mondiale du 21 janvier dernier, au lendemain de l'investiture de Donald Trump.

Rebecca Amsellem et ses collaboratrices souhaitaient s'allier au mouvement pour montrer l'importance des femmes non pas dans un seul pays mais dans le monde entier, et prouver qu'elles peuvent s'allier pour mener un combat. C'est chose faite avec l'opération "#LesFemmesOntLePouvoir". Breanne Butler, coordinatrice mondiale de la Women's March, nous a expliqué que l'élection présidentielle française était en effet "cruciale pour les droits des femmes et des filles, non seulement en France mais en Europe et dans le monde" :

"Notre but est d'unir un maximum de personnes pour montrer aux femmes et aux hommes français que nous sommes avec eux. Que nous croyons en leur capacité à changer l'Histoire et que nous croyons en leur pouvoir de lutter pour notre humanité commune."

Dans l'immédiat, les femmes du monde entier doivent rester mobilisées pendant les deux prochaines semaines pour soutenir les Françaises, comme le communiqué de l'opération l'explique :

"Nous savons que lorsque les femmes s’allient, elles peuvent déplacer des montagnes. Nous l’avons vu tant de fois par le passé. Jusqu’en [1944], les femmes ne pouvaient pas voter en France.

Ne pas utiliser ce pouvoir qu’est le droit de vote, si rudement conquis, serait une erreur. Les droits des femmes et des filles n’ont jamais été confrontés à de tels enjeux.
Rejoignez-nous aujourd’hui pour défendre les femmes de France, dans un esprit de liberté, d’égalité et de sororité."

Encourager les femmes à voter

Tant que l'abstention ou le vote blanc ne sont pas pris en compte il faut, selon Rebecca Amsellem, "convaincre les personnes dans le flou de l'importance de voter". Pour Les Glorieuses, il s'agit ainsi d'encourager les femmes à voter, sans pour autant inciter à voter pour quelqu'un en particulier – tant que ce n'est pas Marine Le Pen :

"Marine Le Pen est un danger pour les femmes en France et en Europe. En tant que députée européenne, Marine Le Pen a pris part à toutes les initiatives qui allaient contre le développement des droits des femmes en Europe. Elle n’est pas – et n’a jamais été – une militante des droits des femmes."

La campagne est accessible à toutes et tous, et consiste surtout à étendre le mouvement au maximum en tweetant, instagrammant et facebookant des mots, des photos, des vidéos et des visuels avec les hashtags "#LesFemmesOntLePouvoir" ou "#WomenHaveThePower", et en participant à la campagne de la plateforme de "crowdspeaking" Thunderclap.

Le partenariat #LesFemmesOntLePouvoir ne s'arrêtera pas là : Rebecca Amsellem veut "institutionaliser cette entraide" en la généralisant à chaque pays ayant des élections. Ce que confirme Breanne Butler, qui remarque :

"Dans le monde, lors des dernières élections, nous avons vu à quel point le pouvoir d'un collectif uni peut changer le débat. L'élection qui s'est déroulée récemment aux Pays-Bas a été mise sous les projecteurs mondiaux par de nombreuses organisations, y compris Women’s March Global, et de nombreuses voix se sont unies [pour promouvoir le message] #VoteAgainstHate/#VoterContreLaHaine."

Le mouvement continuera donc à "s'unir avec les femmes autour du monde pour répandre [son] message".