En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Florian Philippot présente la charte des Patriotes avec comme principal mot d’ordre : le "Frexit"

L’ancien vice-président du Front national, Florian Philippot, a quitté depuis plus d’un mois le parti de Marine Le Pen afin de lancer son propre mouvement, "Les Patriotes". Mardi 7 novembre, il présente la charte fondatrice de ce dernier, avec en premier lieu la sortie du pays de l’Union européenne.

(© by Eric Fougere/VIP Images/Corbis via Getty Images)

Le 21 septembre dernier, Florian Philippot annonçait qu’il quittait le Front national pour lancer, une semaine plus tard, son propre mouvement, intitulé "Les Patriotes". Il dévoile ce 7 novembre la charte de cette formation politique et les principales lignes directrices qui vont guider la "philosophie" de cette dernière, et non son "projet", comme a tenu à le préciser M. Philippot à l’AFP.

Dans cette charte sont donc détaillées "26 perspectives" qui touchent à des domaines divers, mais le mot d’ordre général reste évidemment le "patriotisme", qui figure en introduction de ce document, qualifié par les Patriotes d'"idée ouverte, moderne et généreuse, la meilleure clef pour répondre aux défis du XXIe siècle".

Le Frexit est le premier point de la liste et il s’agit du plus développé. En effet, selon ce document, les Patriotes ont pour projet de "dire la vérité sur l’Union européenne". En se basant sur l’article 50 du Traité de l’Union européenne, qui stipule que "tout État membre peut décider, conformément à ses règles constitutionnelles, de se retirer de l’Union", le mouvement veut procéder à ce qu’ils appellent un "Frexit organisé avec méthode".

La souveraineté comme priorité

Pour le justifier, on retrouve les éléments de langage habituels de M. Philippot, à savoir "[permettre] au peuple de retrouver sa liberté et à la France sa souveraineté" ainsi que permettre à la politique de "retrouver sa liberté d’action".

Ainsi, les Patriotes se donnent pour objectif de "libérer" le pays des "mauvaises directives européennes", des "mauvaises politiques" et des "mauvais traités commerciaux", prenant pour exemple le traité de libre-échange avec le Canada, le CETA.

Parmi les 25 autres idées prônées par le mouvement, on retrouve le patriotisme économique, la défense des animaux, l’abrogation des dernières réformes du Travail, une forte diminution de l’immigration, la sortie du commandement intégré de l’OTAN ou encore le renforcement de la police…

Ça nous rappelle quand même fortement le programme du Front national, tout ça.

À lire -> Florian Philippot quitte le FN : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux