En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

François Fillon aurait omis de déclarer un prêt de 50 000 euros

Le Canard enchaîné révèle dans son édition à paraître mercredi 8 mars que Marc Ladreit de Lacharrière, patron de La Revue des deux mondes et proche de François Fillon aurait prêté 50 000 euros à l'ex-Premier ministre… qui n'a pas déclaré cette somme à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique.

France, Paris , February 15:  French right-wing Les Republicains (LR) party's presidential election candidate, Francois Fillon reacts as he delivers a speech during a campaign rally in Compiegne, on February 15, 2017.  (Photo by François Pauletto/Corbis via Getty Images)

(© François Pauletto/Corbis via Getty Images)

On est mardi ! Et mardi, c'est quoi ? C'est révélation Canard enchaîné pour Fifi ! Suite du feuilleton Fillon qui fait le bonheur de la presse et le malheur du principal intéressé. L'hebdomadaire satirique révèle aujourd'hui que le candidat de la droite aurait accepté en 2013 un prêt de Marc Ladreit de Lacharrière, une somme rondelette de 50 000 euros.

Problème, ce prêt n'aurait pas été inscrit dans la déclaration de patrimoine transmise par François Fillon à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Maître Antonin Levy, avocat de François Fillon, affirme que ce dernier "n'a pas jugé utile de faire figurer" ce prêt dans sa déclaration, alors que la loi l'y obligeait. Une nouvelle pièce à charge qui viendra assurément peser dans le dossier déjà bien chargé en possession des juges d'instruction, qui ont convoqué François Fillon le 15 mars prochain en vue d'une mise en examen.

Si l'affaire peut paraître anecdotique, elle soulève de nombreuses questions. Est-il normal qu'un homme politique reçoive 50 000 euros de la part d'un milliardaire ? Le prêt (remboursé depuis) révèle un peu plus les liens du candidat de la droite avec les puissances d'argent. Il pose également la question du financement de la vie politique, pourtant très régulée : en théorie, une personne privée ne peut fournir plus de 7 500 euros par an à une organisation politique qu'elle soutient. Un plafond en l'occurence explosé. Alors oui, il ne s'agit que d'un prêt, et pas d'un don, mais l'absence de taux d'intérêts et la non déclaration de la somme laissent planer de sérieux doutes quant à un possible financement illégal d'activités politiques.

D'autant que Marc Ladreit de Lacharrière est également à la tête de la fameuse Revue des deux mondes qui, pour rappel, a embauché Penelope Fillon pendant deux ans pour un salaire de 100 000 euros. En réalité, Penelope n'aurait produit que... deux pages au cours de son "activité" au sein de la revue. Ici encore, les soupçons de transferts opaques d'argent entre personne privée et personnalité politique planent.