En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

François Hollande "est un clown" : quand Alexis Corbière clashe l’ex-président

Il l’a habillé pour l’hiver…

"C’est un clown. Voilà." C’est un Alexis Corbière passablement agacé qui s’est exprimé le vendredi 29 décembre au micro de France Info, alors qu’il était invité à réagir à des propos tenus quelques jours plus tôt par François Hollande.

Le 14 décembre dernier, l’ancien chef de l’État avait quelque peu étrillé Jean-Luc Mélenchon au micro de RTL. Il avait notamment pointé du doigt la tendance du chef de La France insoumise à gonfler les chiffres de participation à certaines manifestations.

Cette remarque n’a pas été du goût d’Alexis Corbière, qui a commencé par traiter l’ancien président de "clown", avant de lui asséner une flopée de remontrances :

"La réussite de François Hollande ces derniers temps c’est l’obtention du Prix de l’humour 2017. Quand on a été président de la République, sanctionné comme il l’a été, dans l’incapacité de revenir seulement se présenter devant les électeurs, d’avoir explosé son propre parti, n’avoir aucun regard critique sur ce qu’il a fait… Cet homme il est dans une autosatisfaction permanente."

Et vlan. Alexis Corbière fait ici référence au Grand Prix 2017 de l’humour politique, remis à François Hollande en novembre dernier pour l’ensemble de sa "carrière".

Pour le député de Seine-Saint-Denis, François Hollande a dépassé les bornes en s’en prenant à Jean-Luc Mélenchon ou aux actions de son parti. "Est-ce que M. Hollande a déjà manifesté dans sa vie ? Combien de fois ? Pour faire quoi ? Pour s’opposer à quoi ?", s’est-il ensuite emporté.

La tendance de François Hollande, de plus en plus loquace, à commenter l’actualité politique n’est décidément pas du goût de tout le monde. "La vieillesse est un naufrage", a conclu Alexis Corbière.

À lire -> Sondage : trois Français sur quatre pensent que le Parti socialiste va disparaître