En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Thomas Thévenoud, l’homme à la "phobie administrative", condamné à un an d’inégibilité

Lundi 29 mai, le tribunal correctionnel de Paris a condamné l’ancien secrétaire d’État Thomas Thévenoud à trois mois de prison avec sursis ainsi qu’à un an d’inéligibilité.

Junior minister for External Trade Thomas Thevenoud arriving at the Elysee presidential palace in Paris, France before a weekly cabinet meeting. French President Francois Hollande on August 27 installed a former banker and ally as economy minister in an emergency reshuffle seen as the "last chance" to haul France out of the biggest crisis of his presidency. Hollande caught everyone off guard with the appointment of Emmanuel Macron, a 36-year-old ex-Rothschild banker and architect of the president's economic policy. Photo by Christian Liewig (Photo by liewig christian/Corbis via Getty Images)

© liewig christian/Corbis via Getty Images

L’ancien secrétaire d’État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l’étranger, Thomas Thévenoud, a été condamné lundi 29 mai à trois mois de prison avec sursis ainsi qu’un an d’inéligibilité pour "fraude fiscale". Le parquet avait au départ requis une peine plus lourde : un an de prison avec sursis couplé à cinq ans d’inéligibilité. Sa femme, Sandra Thévenoud, qui fut la chef de cabinet du président du Sénat Jean-Pierre Bel, était également poursuivie pour les mêmes faits, et est elle aussi condamnée à trois mois de prison avec sursis.

En cause : le retard des déclarations de revenus du couple entre 2009 et 2013, puis l’absence totale de déclaration en 2012. Malgré la régularisation de leur statut et impayés en 2014, cette affaire rattrapa le secrétaire d’État qui dut démissionner après avoir passé seulement neuf jours au sein du gouvernement Valls II. Sommé de s’expliquer, il s’était défendu en avançant une "phobie administrative" et, après avoir remboursé les sommes dues, s’était acquitté de 20 000 euros de pénalité.

Le Canard enchaîné avait par la suite dévoilé que le couple n’avait pas non plus payé son loyer pendant trois ans. D’après Le Monde, le député de Saône-et-Loire aurait concédé devant le tribunal : "Je considère que nous avons été défaillants, négligents. […] À cause de ces omissions, de ces manquements, notre vie a basculé. " Actuellement député divers gauche dans la 1re circonscription de Saône-et-Loire, il a annoncé le 10 mars au Journal de Saône-et-Loire son intention de se retirer de la vie politique, et ne tentera pas de briguer un nouveau mandat lors des élections législatives des 11 et 18 juin prochains. Déclarant "Je ne vais pas me représenter. J’arrête la politique, j’ai envie de tourner la page, de faire autre chose, de voir d’autres personnes", il a annoncé s’être inscrit en master de droit à la Sorbonne et préparer le concours pour entrer au Centre régional de formation professionnelle des avocats (CRFPA).