En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Grève des fonctionnaires : 400 000 manifestants selon la CGT

Ce mardi 10 octobre, plusieurs centaines de milliers de personnes étaient dans les rues du pays pour manifester contre la loi Travail.

Les syndicats de la fonction publique appelaient, ce mardi 10 octobre, à manifester contre les ordonnances de la réforme du code du Travail dans 26 villes de France. Ils protestaient contre plusieurs mesures, parmi lesquelles la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires d’ici l’année 2022 – une mesure qui figurait dans le programme de campagne d’En Marche –, mais également la suppression des contrats aidés, la hausse de la CSG et le gel des salaires, comme le rappelle LCI.

Selon la Confédération générale du travail (CGT), 400 000 personnes ont répondu présentes à cet appel dans l’ensemble de la France. Le chiffre avancé par la police à la mi-journée était plutôt de l’ordre de 55 000. À Paris, la CGT avance 45 000 manifestants, contre 26 000 du côté de la police. Enfin, selon le ministère de l’Éducation nationale, 17,5 % des enseignants étaient en grève.

Niveau personnalités politiques, l’ex-candidat à l’élection présidentielle Philippe Poutou, mais également plusieurs cadres de La France Insoumise, à l’instar des élus Adrien Quatennens et Éric Coquerel, étaient de la partie.

Dans les rues de la capitale, trois personnes ont été interpellées pour "port d’armes" car elles étaient en possession d’un poing américain et de marteaux, précise France Bleu.

En réaction à cette journée de mobilisation, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a simplement déclaré : "Il y a une mobilisation importante […]. Il faut entendre ces inquiétudes." Une nouvelle journée de mobilisation est attendue mardi 19 octobre.

À lire -> Selon Macron, "certains feraient mieux" de chercher du travail que de "foutre le bordel"