Hackées, des dizaines de radios américaines passent "Fuck Donald Trump" en boucle

Les Américains sont plein de ressources, surtout quand il s'agit d'attirer l'attention sur la personnalité légèrement étrange de leur président.

© Studio Canal

© Studio Canal

"Fuck Donald Trump, fuck Donald Trump, fuck Donald Trump..." Les paroles du son "FDT" des rappeurs YG et Nipsey Hussle ne font pas dans la dentelle quand il s'agit d'analyser le discours du nouveau président des États-Unis. Un flow straight from the hood, bien corrosif, qui s'est retrouvé sur les ondes de nombreuses radios américaines, bien malgré elles. Car si les grosses radios sont ultrasécurisées et plutôt compliquées à infiltrer, c'est loin d'être le cas des petites radios indépendantes qui fleurissent comme des champignons sur le sol américain. Soit un immense terrain de jeu pour ceux qui s'y connaissent un peu en émetteurs radio et en lignes de code.

Des petits génies ont donc trouvé le moyen de hacker ces radios indépendantes et d'interrompre leurs programmes pour diffuser ces insultes bien senties à l'encontre de Donald Trump. En Caroline du Sud, la radio communautaire religieuse Mother of the Redeemer (la mère du Rédempteur) a ainsi diffusé ce flot continuel de "fuck" toutes les heures... pendant deux jours. D'autres stations ont été "condamnées" à diffuser "FDT" en boucle pendant un quart d'heure.

Dans un message posté sur Facebook (puis supprimé), Frank Patterson, le directeur de l'une de ces radios, assure avoir pu remonter jusqu'à l'adresse IP à l'origine du hacking, une adresse située... à l'étranger. Sans surprise, les hackers semblent donc s'être réfugiés derrière un VPN. Normal.

Si certaines stations s'offusquent de cette insupportable intrusion sur leurs ondes, quelques-unes ont au contraire fait le choix de diffuser volontairement "FDT", à l'image de la radio hip-hop We 96.3 de Portland, qui diffuse le son une heure par jour en continu depuis deux semaines : "Fuck Donald Trump" !