"L’homosexualité est une abomination" : la condamnation de Boutin annulée en cassation

Fin 2016, Christine Boutin avait été condamnée en appel pour "provocation à la haine" en raison de l’orientation sexuelle. Mardi 9 janvier, la Cour de cassation a annulé ce jugement.

© Stanjourdan/Flickr/CC

Mardi 9 janvier, la Cour de cassation a donné son verdict au sujet d’une condamnation visant Christine Boutin. Le tribunal correctionnel de Paris avait condamné l’ancienne ministre du Logement le 18 décembre 2015 pour "provocation publique à la haine ou à la violence". Cette décision avait été validée en appel le 2 novembre 2016.

En cause, une interview accordée par Mme Boutin à la revue Charles sous le titre "Je suis une pécheresse". Se référant à la Bible, elle avait déclaré que l’homosexualité constituait une "abomination" :

"L’homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n’est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné."

Pour la Cour de cassation, "le propos incriminé, s’il est outrageant, ne contient néanmoins pas, même sous une forme implicite, d’appel ou d’exhortation à la haine ou à la violence à l’égard des personnes homosexuelles".

"Le poids des mots qui peuvent tuer"

Après sa relaxe, Christine Boutin s’est exprimée en déclarant :

"La Cour de cassation a cassé et annulé les condamnations, me concernant, du Tribunal de grande instance et de la Cour d’appel de Paris pour avoir cité l’Ancien Testament. La plus haute juridiction française vient ainsi de confirmer que les libertés d’expression et de conscience existent toujours en France."

Lors de son premier jugement, elle avait été condamnée à s’acquitter d’une amende de 5 000 euros ainsi qu’à verser 2 000 euros à des associations de défense des droits LGBTQ+, parmi lesquelles Le Refuge. Son directeur général, Frédéric Gal, a qualifié sur Twitter la décision de la Cour de cassation de "pitoyable" :

À lire -> Christine Boutin annonce son retrait de la vie politique : le grand n’importe quoi des réseaux sociaux