Brice Hortefeux visé par une enquête pour "détournement de fonds publics"

L'ancien ministre de l'Intérieur est dans le collimateur de la justice pour avoir fait trimballer sa famille aux frais de la princesse (publique).

Brice Hortefeux en 2007. (© Antoine Gyori/AGP/Corbis via Getty Images)

En France, quand vous avez été ministre de l'Intérieur, vous avez le privilège de bénéficier d'une voiture avec chauffeur et d'un garde du corps à vie. Oui, à vie. C'est très pratique pour sillonner les plateaux TV, ou pour offrir des trajets à sa petite famille sans débourser un centime. 

Sauf que dans ce deuxième cas de figure, ce n'est vraiment pas légal. C'est précisément pour cela que la justice a décidé d'ouvrir une enquête préliminaire contre Brice Hortefeux pour "détournement de biens publics par une personne dépositaire de l'autorité publique", d'après une info de  TF1 et LCI

En septembre, une enquête de l'hebdomadaire Le Point sur ces "personnalités [qui] abusent de leur service de protection" révélait ainsi que l'ex-lieutenant de la Sarkozie avait pris la fâcheuse habitude de faire profiter sa famille de ses avantages : "Sa mère, son épouse et ses trois enfants sont régulièrement transportés, parfois de Paris à Clermont-Ferrand." Soit des trajets de plus de 400 bornes.

Petites embrouilles et grosse pilule

Toute l'affaire est partie du témoignage de l'un des chauffeurs de Brice Hortefeux (et non pas des Hortefeux...) qui "a déclaré 387 heures de conduite en septembre dernier, soit le double de la normale". L'ancien ministre dément catégoriquement et joue la carte de l'erreur comptable, affirmant par ailleurs que 80 % des trajets le concernaient. D'accord, mais le reste ? La pilule est un peu grosse. Tellement grosse qu'elle a du mal à passer dans le gosier de l'association anticorruption Anticor, qui a saisi la justice.

Dans un communiqué publié sur son site il y a presque un mois, Anticor rappelle "à toutes fins utiles que les agents chargés de la protection des anciens membres du Gouvernement ne sont pas censés se transformer en chauffeurs pour les membres de leur famille".

Et d'enchaîner sur une anecdote pour le moins cocasse au vu des récents déboires judiciaires du généreux père de famille :

"La Cour des comptes avait épinglé, en 2010, le Service de protection des hautes personnalités où elle avait constaté de nombreux abus. Le Ministre de l’Intérieur de l’époque avait alors promis de faire le ménage. Il s’agissait d’un certain… Brice Hortefeux !"