Le Guggenheim a trollé Donald Trump en lui proposant des toilettes en or

Non seulement la conservatrice du musée new-yorkais a refusé de prêter un Van Gogh à la Maison-Blanche, mais en plus elle a suggéré des toilettes en or à la place.

America de Maurizio Cattelan, or pur. (© Guggenheim)

Il y a quelques mois, les Trump ont adressé une demande officielle au musée Guggenheim de New York, dans le but d’emprunter une œuvre de Van Gogh pour décorer le bureau de Melania. Cette requête s’inscrit dans une longue tradition qui permet aux présidents américains d’emprunter des œuvres aux musées nationaux pour décorer la Maison-Blanche. Le choix du couple présidentiel s’était ici porté sur Le Paysage enneigé, une toile du peintre hollandais datée de 1888.

Mais contrairement à d’habitude, Donald Trump a eu le droit à une fin de non-recevoir on ne peut plus claire. Il faut dire qu’à peine élu, le président américain avait publié un document qui compilait ses propositions pour le budget 2018, dans lequel il proposait la suppression pure et simple de l’entière dotation habituellement versée au Fonds national pour les arts.

Traduction : "Ce Van Gogh n’est pas disponible pour un prêt à la Maison-Blanche, a répondu le Guggenheim aux Trump, selon le Washington Post. En compensation, le musée propose une idée en or…"

Le Washington Post vient tout juste de mettre la main sur le mail de réponse que Nancy Spector, la conservatrice en chef du musée, a envoyé à la Maison-Blanche en septembre dernier. Après avoir expliqué que l’œuvre de Van Gogh "ne peut être déplacée qu’en de très rares occasions", elle poursuit en formulant une offre d’une ironie savoureuse :

"Par chance, une œuvre merveilleuse du célèbre artiste italien contemporain Maurizio Cattelan cesse d’être exposée aujourd’hui après un an d’installation au Guggenheim, et l’artiste souhaiterait l’offrir à la Maison-Blanche pour un prêt à long terme.

C’est une cuvette en or pur de 18 carats, qui a généreusement été installée dans nos toilettes publiques pour que tout un chacun puisse l’utiliser."

Baptisée "America", l’œuvre en question est décrite par son créateur comme "de l’art digne des 1 % [les plus riches] pour les 99 %". En septembre 2016, le communiqué de presse qui précédait le début de l’exposition affirmait :

"L’esthétique de ce 'trône' rappelle particulièrement la surabondance de dorure du parc immobilier et des résidences privées de Trump. Si Maurizio Cattelan confirme qu’il n’aurait pu imaginer l’accession au pouvoir de Trump quand il a conçu cette œuvre, il déclare qu’il y avait probablement quelque chose dans l’air."

La Maison-Blanche n’a fait aucun commentaire sur le sujet, tandis que l’artiste italien s’est montré laconique avec le Washington Post, soulignant seulement qu’il s’agit "d’un sujet très délicat". Pour sa part, Nancy Spector, qui n’a jamais caché son point de vue sur le président, a également refusé de commenter son geste, aussi téméraire soit-il.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet