En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Un maire FN impose du porc à la cantine sans proposer de menu de substitution

Julien Sanchez, maire de Beaucaire, a décidé que les écoliers de sa commune du Sud de la France mangeraient du porc tous les lundis à la cantine.

Julien Sanchez (© Facebook/Julien Sanchez)

Comment faire parler de soi lorsqu’on est maire d’une petite ville de 15 000 habitants dans le Sud-Est de la France ? Julien Sanchez a une technique imparable : ressusciter le bon vieux débat sur le porc à la cantine. Ce maire Front national (FN) de la ville de Beaucaire a donc choisi d’imposer le porc tous les lundis dans les écoles de sa commune, et ce sans proposer de menu de substitution.

Dans les colonnes de Valeurs actuelles, l’élu frontiste explique : "Je refuse d’assister au 'grand-remplacement' du porc à la cantine." Le "grand remplacement", c’est une référence à cette théorie conspirationniste d’extrême droite selon laquelle il existerait un processus de substitution de la population française par une autre population, venue du Maghreb ou d’Afrique subsaharienne.

"La cantine n’est pas un restaurant quatre étoiles"

"Je rappelle accessoirement que la cantine n’est pas un restaurant quatre étoiles. Si on retrouve demain les écrits d’un prophète qui demande de ne plus manger de bœuf ou qu’une nouvelle religion impose de ne pas manger de féculents ou de fraises, on ne s’en sort plus", poursuit Julien Sanchez dans Valeurs actuelles.

Le maire de Beaucaire, qui est également porte-parole du FN, se défend de vouloir stigmatiser qui que ce soit, bien au contraire. Selon l’élu, les menus de substitution créent un "apartheid" dans les cantines : "Je me suis aperçu que depuis la mise en place de ces repas de substitution par l’ancienne municipalité (en 2008), les enfants musulmans mangeaient sur des tables à part."

Un quart des quelque 600 écoliers de Beaucaire sont concernés par cette mesure, en application depuis le lundi 8 janvier. Si Julien Sanchez reconnaît que c’est "beaucoup", il maintient : "Nous mettrons du porc chaque lundi dans nos cantines, tout le monde est prévenu et ceux qui refusent que leurs enfants en mangent peuvent donc s’organiser autrement."

Le maire de Beaucaire pourrait voir sa décision désavouée par la justice. Une mesure similaire prise par la ville de Chalon-sur-Saône avait été retoquée en août dernier par le tribunal administratif de Dijon, car jugée "contraire à l’intérêt supérieur de l’enfant."

À lire -> L’une des nouvelles affiches de Robert Ménard pour réclamer le TGV à Béziers fait scandale