En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Pour dénoncer la réforme du Code du travail, la CGT a coupé le courant à TF1 et Canal+

Jeudi 30 novembre, la CGT a coupé le courant d’une partie de la ville de Boulogne-Billancourt où sont situés les sièges de plusieurs chaînes de télévision, notamment afin de protester contre la réforme du Code du travail.

Le siège de TF1, à Boulogne-Billancourt. (© Christian d’Aufin/Wikimedia/CC)

Après de nombreux atermoiements, l’Assemblée nationale a voté mardi 28 novembre la ratification des ordonnances réformant le Code du travail, au grand dam de plusieurs syndicats, qui redoublent d’ingéniosité pour exprimer leur mécontentement.

Comment donc continuer à mobiliser l’opinion sur un sujet qui est présent dans l’actualité depuis déjà des mois ? La CGT Énergie a sa petite idée. Jeudi 30 novembre, elle a coupé l’électricité à tout un quartier de la ville de Boulogne-Billancourt, nous apprend Le Parisien, qui souligne qu’il s’agissait aussi de protester contre des fusions dans le secteur de l’énergie.

La ville des Hauts-de-Seine est surtout connue pour être le siège de nombreuses chaînes de télévision. Aussi, dès 10 heures 10 jeudi matin, les chaînes privées TF1 et Canal+ se sont retrouvées privées de jus. Le pire a toutefois été évité puisqu’elles sont bien évidemment équipées de générateurs de secours.

"On n’a pas choisi ce lieu au hasard, a expliqué Fréderic Probel, syndicaliste CGT interrogé par Le Parisien. Ce poste-source couvre la moitié de Boulogne et notamment le quartier où il y a plusieurs médias. Nos coupures ont été ciblées sur TF1 et Canal+."

Toutefois – et contrairement à ce qu’a pu déclarer le syndicat au Parisien –, les habitants du quartier n’ont pas été épargnés par la coupure. Plusieurs d’entre eux n’ont d’ailleurs pas hésité à exprimer leur mécontentement sur Twitter.

Selon plusieurs témoignages, le courant a commencé à revenir en milieu d’après-midi.

À lire -> Manif contre la réforme du Code du travail à Paris : 25 000 participants selon la CGT, 5 500 selon la police