Pour dénoncer la réforme du Code du travail, la CGT a coupé le courant à TF1 et Canal+

Jeudi 30 novembre, la CGT a coupé le courant d’une partie de la ville de Boulogne-Billancourt où sont situés les sièges de plusieurs chaînes de télévision, notamment afin de protester contre la réforme du Code du travail.

Le siège de TF1, à Boulogne-Billancourt. (© Christian d’Aufin/Wikimedia/CC)

Après de nombreux atermoiements, l’Assemblée nationale a voté mardi 28 novembre la ratification des ordonnances réformant le Code du travail, au grand dam de plusieurs syndicats, qui redoublent d’ingéniosité pour exprimer leur mécontentement.

Comment donc continuer à mobiliser l’opinion sur un sujet qui est présent dans l’actualité depuis déjà des mois ? La CGT Énergie a sa petite idée. Jeudi 30 novembre, elle a coupé l’électricité à tout un quartier de la ville de Boulogne-Billancourt, nous apprend Le Parisien, qui souligne qu’il s’agissait aussi de protester contre des fusions dans le secteur de l’énergie.

La ville des Hauts-de-Seine est surtout connue pour être le siège de nombreuses chaînes de télévision. Aussi, dès 10 heures 10 jeudi matin, les chaînes privées TF1 et Canal+ se sont retrouvées privées de jus. Le pire a toutefois été évité puisqu’elles sont bien évidemment équipées de générateurs de secours.

"On n’a pas choisi ce lieu au hasard, a expliqué Fréderic Probel, syndicaliste CGT interrogé par Le Parisien. Ce poste-source couvre la moitié de Boulogne et notamment le quartier où il y a plusieurs médias. Nos coupures ont été ciblées sur TF1 et Canal+."

Toutefois – et contrairement à ce qu’a pu déclarer le syndicat au Parisien –, les habitants du quartier n’ont pas été épargnés par la coupure. Plusieurs d’entre eux n’ont d’ailleurs pas hésité à exprimer leur mécontentement sur Twitter.

Selon plusieurs témoignages, le courant a commencé à revenir en milieu d’après-midi.

À lire -> Manif contre la réforme du Code du travail à Paris : 25 000 participants selon la CGT, 5 500 selon la police