En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

La championne d’échecs Anna Muzychuk refuse de se rendre en Arabie saoudite pour défendre son titre

Le championnat du monde d’échecs doit se tenir du 26 au 30 décembre dans le royaume wahhabite.

Anna Muzychuk ne souhaite pas se plier aux mesures rigoristes imposées aux femmes par l'Arabie saoudite. (© Facebook)

"Dans quelques jours je vais perdre deux titres mondiaux – un par un. Juste parce que j’ai décidé de ne pas aller en Arabie saoudite", écrivait samedi 23 décembre Anna Muzychuk sur son compte Facebook. Championne d’échecs, cette jeune Ukrainienne pourrait bien perdre ses titres en refusant de se rendre aux championnats du monde qui se tiennent, pour la première fois, en Arabie saoudite jusqu’au 30 décembre. En cause : ses "principes" qui vont à l’encontre de la loi rigoriste du royaume wahabbite.

"Ne pas obéir aux règles de quelqu’un d’autre, ne pas porter l’abaya [forme traditionnelle du hijab, ndlr], ne pas être accompagnée lorsque je sors et, de manière plus générale, ne pas me sentir comme une créature inférieure."

Elle souhaite ainsi attirer l’attention de l’opinion publique sur la situation des femmes en Arabie saoudite, ce pays considéré par certaines organisations non gouvernementales comme le plus misogyne au monde.

La jeune femme a ensuite rappelé qu’en boycottant la compétition, elle effectuait aussi un important sacrifice financier : "Je suis prête à défendre mes principes et rater cet événement, durant lequel j’aurais pu gagner en cinq jours plus d’argent que sur une douzaine d’événements combinés." Selon Libération, les femmes n’auront pas à porter le hijab ou l’abaya pendant la compétition.

Toutefois, ce n’est pas la seule affaire autour de la compétition. Dans un premier temps, l’Arabie saoudite avait attiré l’attention des médias étrangers en refusant d’accorder des visas aux joueurs venus d’Iran, du Qatar ou d’Israël. Selon L’Express, malgré un rappel à l’ordre de la Fédération internationale d’échecs, les joueurs et joueuses israélien·ne·s n’ont pas obtenu de visas.

À lire -> Les femmes sont (enfin) autorisées à conduire dans le royaume d’Arabie saoudite