L’administration Trump interdit aux agences de santé d’utiliser certains mots comme "transgenre" ou "diversité"

Vendredi 15 décembre, le Washington Post a révélé que l’administration de Donald Trump avait établi une liste de mots, parmi lesquels "fœtus" et "transgenre", qui seront interdits d’usage dans les agences gouvernementales de la Santé.

(© Michael Vadon via Wikipédia CC)

Vendredi 15 décembre, le Washington Post a publié un article dans lequel il affirme que l’administration Trump a mis en place une circulaire pour interdire aux agences de santé sous tutelle du ministère de la Santé d’utiliser certains mots. Parmi eux, on retrouve : "fœtus", "transgenre" ou encore "diversité", jugés "controversés".

Mais pas seulement puisque d’autres expressions telles que "fondé sur la science", "fondé sur des faits", "vulnérabilité", "prérogative" et "droits" figureraient eux aussi sur cette liste. Comme l’explique le quotidien Le Monde, cela pose surtout problème en ce que le fait de ne pouvoir utiliser certains mots peut rendre le financement de recherches sur ces thématiques impossible.

Cette liste aurait été décidée et établie lors d’une réunion des leaders des Centers for Disease Control and Prevention CDC (centres pour le contrôle et la prévention des maladies), une agence gouvernementale chargée des questions de santé publique, au sujet du budget pour l’année 2019. D’autres organismes et agences ont affirmé au journal avoir reçu la même consigne.

Le CDC parle d’une "déformation totale"

Dans un email adressé à l’Agence France Presse, le porte-parole du ministère de la Santé, Matt Lloyd, a nié et déclaré qu’il s’agissait d’une "déformation totale" de la volonté du gouvernement américain :

"Affirmer que le département de la Santé aurait des 'mots interdits' est une déformation totale des discussions sur l’élaboration du budget."

Il a également assuré que le département en charge de cette question allait "continuer à utiliser les meilleures connaissances scientifiques pour améliorer la santé des Américains" et qu’il "encourage[ait] vivement l’utilisation des résultats et des données dans les programmes d’évaluation et les décisions concernant le budget."

À lire -> États-Unis : surpris en plein rapport avec un homme, un élu anti-LGBT démissionne