"Le chien aboie, la caravane passe" : la Corée du Nord répond à Donald Trump

Cela fait des semaines que les dirigeants de la Corée du Nord et des États-Unis ne peuvent s’empêcher de renchérir à chacune de leurs provocations respectives. Après la menace de Donald Trump de "détruire totalement" la Corée du Nord, Kim Jong-un a tenu à faire savoir qu’il n’était en aucun cas intimidé et envisageait même de réaliser des essais nucléaires dans le Pacifique.

Kim Jong-un, à Pyongyang, en 2015. (© Liu Xingzhe/VCG via Getty Images)

Depuis plusieurs semaines, les provocations entre les chefs d’État nord-coréen et américain n’en finissent plus, se suivant et s’aggravant. À l’occasion d’un discours à l’ONU, mardi 19 septembre, le Donald Trump avait menacé de "détruire totalement" la Corée du Nord. Un avertissement auquel Kim Jong-un s’est évidemment empressé de répondre, déclarant qu’il "ferait payer" ses bravades à Donald Trump :

"Ses remarques […] m’ont convaincu, plutôt que de m’effrayer ou de m’arrêter, que la voie que j’ai choisie est correcte et que c’est celle que je dois suivre jusqu’au bout.

En tant qu’homme représentant la RPDC [République populaire démocratique de Corée, ndlr] et au nom de la dignité et de l’honneur de mon État, du peuple et en mon nom, je vais faire payer cher son discours à l’homme détenant les prérogatives du commandement suprême aux États-Unis."

Les menaces de Donald Trump, couplées au fait que la communauté internationale multiplie les sanctions à l’égard de la Corée du Nord depuis quelque temps, ne semblent pas effrayer Kim Jong-un, qui a fait savoir par le biais de l’un des membres de son gouvernement qu’il lui ferait payer cet affront. En effet, interrogé jeudi 21 septembre par des journalistes au sujet des déclarations de Donald Trump, le ministre des Affaires étrangères nord-coréen, Ri Yong-ho, a répondu par le proverbe "le chien aboie, la caravane passe", poursuivant :

"Si [Donald Trump] pensait nous surprendre avec des bruits d’aboiements, il est clairement en train de rêver."

"Je disciplinerai par le feu l’Américain gâteux mentalement dérangé"

Visiblement très remonté, Kim Jong-un a déclaré que les propos de Donald Trump l’avaient humilié "sous les yeux du monde entier" et qu’il prenait ça comme "la plus féroce déclaration de guerre de l’histoire".

Ri Yong-Ho a également fait savoir que le régime de Pyongyang envisageait sérieusement de procéder à des essais de bombe à hydrogène dans le Pacifique. Il faut savoir que jusqu’ici, comme le rappelle L’Express, aucun des missiles qui ont été testés par la Corée du Nord ne comportait de charge nucléaire (même si le pays aurait déjà procédé à des essais nucléaires souterrains).

Vendredi 22 septembre, le chef d’État américain a utilisé son instrument de réponse préféré, à savoir Twitter, pour rajouter de l’huile sur le feu, déclarant :

"Le Coréen Kim Jong-un, qui est clairement un fou et qui se fiche d’affamer ou de tuer son peuple, va être testé comme jamais jusqu’ici !"

À voir -> Vidéo : quand on demande à des Américains de placer la Corée du Nord sur une carte, ça donne ça !