En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le cocktail des maires à l’Élysée avait des allures de "dîner de cons", selon le maire de Saint-Étienne

Reçu avec plusieurs centaines de ses collègues au Palais de l’Élysée, mardi 22 novembre, le maire Les Républicains de Saint-Étienne Gaël Perdriau raconte l’impression d’avoir participé à "un dîner de cons".

"Les maires ont eu un peu l’impression d’être pris pour des 'François Pignon'", a résumé le maire Les Républicains de Saint-Étienne Gaël Perdriau, au micro de RTL jeudi 23 novembre.

La vieille il avait été convié à un dîner à l’Élysée sur invitation express d’Emmanuel Macron, qui recevait dans le même temps 1 000 maires, une première dans l’histoire de la République surtout révélatrice du niveau de tensions entre l’exécutif et les élus locaux.

Gaël Perdriau décrit un "sentiment étrange" : "on avait un peu l’impression de participer à un dîner de cons."

Plusieurs centaines de maires étaient présents à Paris depuis le début de la semaine pour se rendre au 100e Congrès des maires de France. Sous l’égide d’Édouard Philippe, une quinzaine de ministres se sont relayés sur la scène du Parc des expositions mardi 22 novembre pour tenter de convaincre les maires et faire passer les coupes budgétaires.

Un président totalement inaccessible

Pour parachever l’opération séduction, Emmanuel Macron avait invité 1 500 maires à dîner à l’Élysée. Sauf que : "On ne l’a pas vu", raconte le maire de Saint-Étienne. "Cela m’a fait un peu penser aux auditions du Pape au Vatican." Gaël Perdriau décrit un président inaccessible, qui "n’a pas daigné venir s’exprimer", et a préféré laisser son arrière-garde de ministres faire le travail de "câlinothérapie".

Depuis plusieurs mois le torchon brûle entre l’exécutif et les élus locaux qui ont l’impression d’être les souffre-douleur de la politique de restriction budgétaire menée par l’exécutif. Entre la baisse constante des dotations de l’État et la suppression des contrats aidés, plusieurs communes de France sont à la peine.

Pour Gaël Perdriau, ce qui manque à Emmanuel Macron pour comprendre la situation sur le terrain, c’est une expérience d’élu local, et de filer la métaphore jupitérienne pour décrire le caractère péremptoire de ses décisions : "ça fait penser à la foudre de l’Olympe qui frappe de manière très arbitraire."

Emmanuel Macron doit abattre sa dernière carte cette après-midi lors d’un grand oral devant les maires de France lors duquel il présentera ses projets pour les collectivités territoriales.

À lire -> Le gouvernement sucre 300 millions d’euros de dotations aux collectivités territoriales