En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le gendarme impliqué dans la mort de Rémi Fraisse bénéficie d’un non-lieu

Mardi 9 janvier, Mediapart a dévoilé que les conclusions de l’enquête au sujet de la mort du militant écologiste Rémi Fraisse ont permis au gendarme impliqué de bénéficier d’un non-lieu.

Rémi Fraisse. (DR)

Mardi 9 janvier, Mediapart a publié l’ordonnance dans laquelle figurent les conclusions du parquet chargé de l’enquête sur le décès de Rémi Fraisse. Le jeune militant écologiste avait trouvé la mort dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014, lors d’une manifestation contre le projet de construction du très controversé barrage de Sivens (Tarn), après le tir d’une grenade par les forces de l’ordre.

D’après le site d’Edwy Plenel, "les juges d’instruction de Toulouse ont rendu une ordonnance de non-lieu pour clore le dossier" – ce qui correspond à la requête émise par le procureur de la République de Toulouse en juin dernier –, car le gendarme à l’origine du tir n’avait pas l’intention de donner la mort :

"S’il n’est pas contestable que le lancer de la grenade était volontaire, il est en revanche exclu par les éléments de procédure que les conséquences de ce procès, à savoir le décès de Rémi Fraisse, aient été voulues par son auteur.

Il s’ensuit que les faits, objet de la présente procédure, ne sauraient recevoir la qualification de meurtre, en l’absence d’intention d’homicide."

"Sans justice, vous n’aurez jamais la paix"

Le rapport ajoute également que le gendarme mobile n’avait "d’autre choix" que de procéder à un lancer de grenade "en raison de l’impérieuse nécessité de mettre à distance les opposants les plus violents".

Malgré les raisons avancées par le parquet pour justifier sa décision, la divulgation des conclusions de l’enquête a occasionné de très nombreuses réactions, pour la plupart indignées. Olivier Besancenot, l’ancien candidat à l’élection présidentielle de la Ligue communiste révolutionnaire, a réagi en déclarant : "Sans justice , vous n’aurez jamais la paix !"

Le parti Europe Écologie Les Verts a également déploré cette décision :

Même son de cloche du côté du porte-parole du parti, Julien Bayou, qui a exprimé sa déception :

À lire -> "Assassinat de Rémi Fraisse" : Cazeneuve porte plainte contre Mélenchon pour diffamation