En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Le groupe Canal+ a déprogrammé un docu sur la première épouse d’Omar Bongo, Patience Dabany

Le 28 septembre, Planète+ devait diffuser un documentaire sur Patience Dabany, qui fut l’épouse du président gabonais Omar Bongo. Cependant, le docu a été déprogrammé au dernier moment. Certains y voient un nouvel exemple de censure au sein du groupe Canal+.

Patience Dabany fut l’épouse du président gabonais Omar Bongo de 1959 à 1987. (© Day for Night)

Le 28 septembre, la chaîne Planète+ devait diffuser un épisode de la nouvelle saison de la série documentaire Despot Housewives. La saga, dont la première saison a été diffusée en 2015, brosse les "portraits de plusieurs épouses de dictateurs qui ont fini leur vie en disgrâce, répudiées ou assassinées", nous apprend Télérama.

Réalisés par Joel Soler, un journaliste spécialisé dans le terrorisme et les dictatures, ces nouveaux épisodes sont intitulés "Les Impétueuses", "Les Maudites" et "Les Matriarches", et se penchent notamment sur mesdames Noriega au Panama et Chavez au Venezuela. Mais l’épisode du 28 septembre, comprenant des passages consacrés à l’ancienne première dame gabonaise, a finalement été déprogrammé, à la dernière minute.

Vous avez dit étrange ?

Il y a deux ans pourtant, Despot Housewives avait bien été diffusée sur la chaîne Planète+, et tout semblait sur le point de se passer de la même manière cette année : la campagne de promotion s’était bien déroulée et la direction de Planète + avait été ravie de participer, le 21 septembre, à une projection organisée à Paris en partenariat avec l’ONG Human Rights Watch.

Mais ça, c’était avant que la chaîne ne reçoive un courrier en provenance de l’avocat de Patience Dabany, femme de l’ancien président gabonais Omar Bongo et mère de l’actuel président Ali Bongo. Dans sa lettre, l’avocat de Patience Dabany menace de porter plainte contre Planète+ si le documentaire est diffusé. Rien que ça.

Patience Dabany était pourtant bel et bien au courant de l’existence du documentaire et avait même été interviewée dans le cadre de sa réalisation.

"Comme pour l’ensemble des autres intervenants, elle connaissait le sujet du doc, les aspects politiques. Et nous lui avions envoyé toutes les questions au préalable", explique à Télérama l’auteur du documentaire.

"J’ai appris la déprogrammation [du documentaire] deux jours avant sa diffusion. L’avocat de Patience Dabany a saisi la chaîne, qui veut prendre le temps de la réflexion avant sa reprogrammation que j’espère", poursuit celui qui qualifie son travail d’historique et non d’investigation.

Le fait que cette déprogrammation vienne de la part d’une chaîne du groupe Canal+, qui est dirigé par l’homme d’affaires Vincent Bolloré, en a fait tiquer certains. En effet, l’industriel est un habitué du genre : il y a deux ans, il avait déjà empêché la diffusion d’un numéro du magazine Spécial investigation consacré au Crédit Mutuel.

On sait en plus – notamment grâce à un grand dossier de Complément d’enquête diffusé en 2016 et intitulé "Vincent Bolloré, un ami qui vous veut du bien ?" – que le groupe de l’hommes d’affaires est bien implanté au Gabon, pays de la famille Bongo. Vous avez dit étrange ?