En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Législatives aux Pays-Bas : la droite arrive en tête, les verts et l'extrême droite surprennent

Mercredi 15 mars, les Néerlandais sont allés voter afin d'élire leurs 150 députés. Le parti du Premier ministre Mark Rutte est arrivé en tête, devant celui de l'extrême droite.

Mercredi 15 mars se tenaient aux Pays-Bas des élections législatives. Les résultats étaient très attendus car l'extrême droite figurait en très bonne position dans les sondages. Une situation d'autant plus critique que les Pays-Bas ont un mode de scrutin à la proportionnelle, ce qui peut permettre aux extrêmes d'obtenir beaucoup de sièges. Après l'élection de Trump et le Brexit, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte avait rappelé, comme le rapporte RFI, que l'enjeu était de taille :

"On peut dire que ces élections sont les quarts de finale pour essayer d'empêcher le mauvais populisme de gagner. Les demi-finales sont en France en avril et mai et ensuite, la finale en Allemagne en septembre."

Finalement, le Parti populaire libéral et démocrate (centre droit), communément appelé VVD, est sorti vainqueur de ce scrutin, en remportant 32 sièges (sur 150). Le parti de Mark Rutte en perd tout de même neuf, ce qui n'est pas négligeable. On peut donc parler d'une victoire en demi-teinte, notamment en raison de la montée de petits partis. Comme l'explique l'éditorialiste Romaric Gaudin dans La Tribune, les Néerlandais ont décidé de se tourner vers des partis moins traditionnels, refusant de se résoudre au traditionnel choix antagoniste droite/gauche/extrême :

"De plus, comme dans beaucoup d'autres pays soumis à l'austérité, les élections néerlandaises ont montré un fort émiettement de l'électorat et un renforcement des petits partis. Le parti des animaux (PvdD) gagne ainsi 3 sièges à 5 sièges, le parti qui défend le multiculturalisme Denk, nouveau venu, prend 3 sièges, le parti des retraités 50 + gagne 2 sièges à 4 sièges... En tout, 8 sièges de plus qui manqueront aux grandes formations et qui prouvent que ces politiques sociales dures conduisent à un sentiment de perte de repères qui conduisent à des votes 'marginaux'."

On remarque également une très forte progression des écologistes avec le parti GroenLinks, qui multiplie presque par quatre son nombre de sièges, passant de 4 à 14 élus. Ils ont réagi à cette annonce avec humour :

Mark Rutte va désormais devoir entamer une période de négociations avec les autres partis, afin de former un nouveau gouvernement.

Geert Wilders, "l'ami" de Marine le Pen, battu

La surprise de ce scrutin reste cependant le score du PVV. On attendait en effet une grosse poussée de l'extrême droite. Cependant, le PVV, porté par l'ultranationaliste Geert Wilders, ne remporte que cinq sièges supplémentaires (ce qui lui en fait 20). Il se retrouve quasi ex aequo avec les partis D66 (Démocrates 66) et CDA (L'Appel chrétien-démocrate), qui ont obtenu chacun 19 sièges. Il n'en reste pas moins qu'il se place en deuxième position de ce scrutin. Geert Wilders s'en est d'ailleurs félicité dans un tweet posté au lendemain de l'élection, choisissant de voir le verre à moitié plein :

"Nous étions le troisième plus gros parti des Pays-Bas. Nous sommes désormais le deuxième plus gros. La prochaine fois nous serons le premier."

Le FN de Marine Le Pen forme un groupe commun au Parlement européen avec le parti de "son ami" Geert Wilders, rappelle Ouest France. On rappelle qu'il a comparé le Coran à Mein Kampf et qu'il a été condamné en décembre dernier pour avoir promis "moins de Marocains" aux Pays-Bas. Néanmoins, comme le rapporte Le Figaro, Marine Le Pen considère que "Geert Wilders n'est pas d'extrême droite, il est un patriote". Nicolas Bay, euro-député et secrétaire général du Front national, a réagi au micro de France Inter ce matin, qualifiant le score du PVV de "vrai succès" :

Pour sa part, le chef de la chancellerie fédérale allemande, Peter Altmaier, a félicité (en néerlandais) les citoyens des Pays-Bas de ne pas avoir laissé passer Geert Wilders en tête :

"Pays-Bas, ô Pays-Bas, vous êtes des champions [...] Félicitations pour cet excellent résultat!"

Pour rappel, en France, les élections législatives auront lieu les 4 et 18 juin pour les Français de l'étranger et les 11 et 18 juin 2017 pour tous les autres.