En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

via Facebook

Législatives : Marine Le Pen rejette la faute de son échec sur la presse

Encore un complot de ces bobos islamo-gauchos de journalistes…

via Facebook

via Facebook

Pendant cette campagne des législatives, Marine Le Pen s’est faite toute petite, voyant son parti flamber depuis la fin de l’élection présidentielle. Avec 14 % des voix et, on présume, moins de 10 élus à l'Assemblée nationale, le Front national ne va pas fort depuis. Alors, forcément, il fallait trouver un bouc émissaire. Comme il était difficile de mettre l’échec du FN sur le dos du "terrorisme islamique", expression fétiche de Marine Le Pen, elle s’en est prise aux journalistes, ces pitres du système qui nuisent à son ascension électorale.

"Un jour de marché avec les journalistes, c’est un point de moins dans les urnes"

Candidate à Hénin-Beaumont dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais où elle a remporté 46 % des voix, Marine Le Pen déambulait sur le marché de Rouvroy au lendemain de sa qualification pour le second tour. Selon l’édition papier du Parisien de ce mardi 13 juin, elle s’en serait prise aux journalistes présents sur place, leur assenant :

"C’est bon ? Vous avez vos images, là ? Allez, à dimanche… Un jour de marché avec les journalistes, c’est un point de moins dans les urnes."

Le même jour, dans sa circonscription de Moselle, Florian Philippot a clairement dit, toujours au Parisien : "Je fuis les médias." Mais rassurez-vous, il est bien présent, et en première ligne, sur BFM TV. Pour rappel, le Front national avait refusé d’accréditer plusieurs médias, tels Mediapart et Quotidien, à plusieurs de ses meetings et lors des deux soirées électorales.