En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

L’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt, est morte

Liliane Bettencourt, fille du fondateur du groupe de cosmétiques français L’Oréal, est morte le jeudi 21 septembre, à l’âge de 94 ans.

Liliane Bettencourt en 2013. (© Bertrand Rindoff Petroff/Getty Images)

L’héritière de L’Oréal, Liliane Bettencourt s’est éteinte le 21 septembre, à l’âge de 94 ans. Elle était connue pour être la femme la plus riche de France – et même du monde. La gestion de son patrimoine avait défrayé la chronique, sur fond d’accusations d’abus de faiblesse, lors d’un gigantesque feuilleton politico-médiatique, qui vient de trouver un épilogue ce jeudi (son ex-majordome et cinq journalistes ont définitivement été blanchis dans le dernier arrêt de la Cour d’appel de Bordeaux). Cette longue bataille judiciaire avait également mis en cause le trésorier de campagne de Nicolas Sarkozy, Éric Woerth.

Née Schueller le 21 octobre 1922 à Paris, Liliane, orpheline de mère, est surtout élevée par son père, le fondateur de L’Auréale (devenu L’Oréal). Toute sa vie, la femme d’affaires aura vécu au rythme de l’entreprise de son père. À 27 ans, elle épouse André Bettencourt, avec lequel elle aura une fille unique, Françoise.

Au décès de son père, elle reprend les rênes de L’Oréal et devient la première actionnaire du groupe. Au fil du temps, Liliane Bettencourt délègue une part de ses responsabilités à son époux, qui meurt en 2007. Après sa mise sous tutelle par sa fille en 2011, la fin de sa vie aura été agitée par les scandales autour de la gestion de sa fortune. Son confident, l’artiste François-Marie Banier, a été condamné en août 2016 à quatre ans de prison avec sursis et 375 000 euros d’amende, pour abus de faiblesse.

Engagée dans la lutte contre le sida, elle légua en 2010 à la Fondation Bettencourt-Schueller, qu’elle avait créée avec son mari, la somme de 552 millions d’euros. Elle fut promue chevalier de la Légion d’honneur en 2001 par Bernard Kouchner, alors ministre de la Santé.