En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Emmanuel Macron veut réduire le nombre d’élus locaux et de parlementaires

Dans le cadre de la conférence nationale des territoires qui se déroulait au Sénat ce lundi 17 juillet, le chef de l’État a souhaité une refonte du statut de l’élu local.

© Romain Vincens/Wikipédia/CC

© Romain Vincens/Wikipédia/CC

Il faut "engager une réduction du nombre des élus locaux", tout comme il faut "engager une réduction du nombre de parlementaires", a indiqué ce lundi 17 juillet au Sénat le chef de l’État, Emmanuel Macron. "Nos concitoyens ne comprendraient pas ce traitement différencié", s’est-il justifié. Par le biais de cette réduction du nombre d’élus locaux, Emmanuel Macron compte d'ailleurs sur les collectivités locales pour réaliser treize milliards d’euros d’économie d’ici à la fin du quinquennat, comme l’a également demandé ce lundi le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin.

Le président français veut en outre profiter de cette réforme pour changer le statut des élus locaux. Selon son souhait, ces derniers seraient alors moins nombreux, mais "plus protégés, mieux rémunérés et plus libres de leur action". Au cours de la campagne présidentielle et du Congrès de Versailles du 3 juillet dernier, le chef de l’État avait déjà déclaré vouloir une "réduction d’un tiers" du nombre de parlementaires dans chacune des chambres.

Mais cette annonce est loin de ravir l’opposition. Ainsi, pour le président du Sénat, Gérard Larcher (Les Républicains), "l’État doit cesser de considérer les élus comme de simples curseurs" :

"Les raisonnements […] comptables ont conduit la République à négliger certaines parties du territoire national, en métropole comme dans les outremers. On a pu observer les conséquences de cette fracture territoriale: une France coupée en quatre au premier tour de l’élection présidentielle !"

Dans son allocution du lundi 17 juillet, Emmanuel Macron n’a cependant pas encore indiqué quels élus locaux seraient concernés par cette réforme.