En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Manuel Valls dénonce des "accusations outrancières" après ses propos sur l’islam

Mardi 21 novembre, le journal espagnol El Pais a diffusé un débat auquel participait Manuel Valls. Une phrase évoquant le "problème de l’islam" et "des musulmans" en France a provoqué un tollé. De son côté, l’ancien Premier ministre a publié l’échange en entier et dénoncé des "polémiques et accusations outrancières".

Manuel Valls le 4 octobre 2017 à l’Assemblée nationale. (© Aurélien Meunier/Getty Images)

Mardi 22 novembre, Manuel Valls était à Madrid pour participer à un débat à l’invitation du quotidien espagnol El Pais sur le thème de l’identité et de la nationalité. En répondant à une question sur ce que veut dire "être espagnol" aujourd’hui, l’ancien Premier ministre de François Hollande avait déclaré :

"Tous les pays souffrent d’une crise d’identité culturelle, à cause de la mondialisation, de la crise politique, des réseaux sociaux, du problème des réfugiés : des problèmes naissent, par exemple dans la société française le problème de l’islam, des musulmans."

Après le tollé provoqué par ces propos associant les musulmans à un "problème", l’ancien chef du gouvernement s’est défendu en évoquant des propos "tronqués" et a publié mercredi 23 novembre le verbatim complet de son échange, dans lequel il explique qu'"accuser les autres, les étrangers et les musulmans" serait une "réponse nationaliste, populiste" :

"Tous les pays, y compris l’Allemagne, aujourd’hui s’interrogent sur ce qu’est être allemand, être français ou être espagnol. Et il y a plusieurs façons de répondre à cette question.

Il y a la réponse nationaliste, populiste, c’est-à-dire accuser toujours quelqu’un. Accuser Madrid, accuser le capitalisme, accuser Bruxelles, accuser Washington ou accuser les autres, les étrangers et les musulmans.

Mais il y a une autre réponse, qui est une réponse ouverte, et aussi être fiers de ce que nous sommes."

À voir -> Vidéo : Manuel Valls accuse certains médias de "complicité" avec Tariq Ramadan