En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Grillée ! Marine Le Pen se cache bien derrière le compte Twitter d’Anne Lalanne

C’est confirmé, Anne Lalanne est en réalité Marine Le Pen. France Info en a la preuve.

anne-lalanne

Capture écran du compte Twitter d’Anne Lalanne, alias Marine Le Pen.

Marine Le Pen tweeterait-elle en douce, cachée derrière un pseudonyme ? C’est ce que révélaient en 2015 les journalistes du Monde et de Libération. Alors que la présidente du Front national (FN) a toujours nié être la propriétaire de ce compte, France Info révèle aujourd’hui un mail qui prouve qu’Anne Lalanne est bel et bien Marine Le Pen.

Depuis deux ans, le compte Twitter @enimar68, censé appartenir à une certaine Anne Lalanne, fait jaser. Il s’agirait en réalité d’un faux compte, sur lequel se lâche Marine Le Pen. Rien d’étonnant au vu du contenu publié : des retweets du FN et du compte officiel de Marine Le Pen, des louanges décernées à ses proches politiques, des insultes à ses adversaires et des tacles aux journalistes.

On y trouve aussi des retweets du collectif d’extrême droite Fdesouche et des posts dénonçant le racisme antiblanc. Le pseudo non plus ne surprend pas. Anne, c’est le deuxième prénom de Marine Le Pen (née Marion Anne Perrine Le Pen), et Lalanne, c’est le nom de jeune fille de sa mère, Pierette Lalanne.

L'erreur fatale

Ce vendredi matin, Marine Le Pen s’est bêtement trahie. France Inter raconte qu’elle a envoyé à tous les députés européens membres de la commission des affaires juridiques un e-mail reçu depuis son adresse officielle de députée européenne, et l’a transféré depuis une autre adresse mail, reliée au compte Twitter d’Anne Lalanne.

© Radio France

Capture écran du mail envoyé par Anne Lalanne ©Radio France

Marine Le Pen a toujours nié l’existence de ce compte. Dans cette interview diffusée sur France Info le 14 mars dernier, à peine entend-elle le nom d’Anne Lalanne qu’elle soupire, protestant que non, ce n’est pas son compte. "Honnêtement, je vous trouve dérisoire", répond Marine Le Pen, qui nage en plein mensonge. Honnêtement, on trouve ça plutôt drôle.