En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Marine Le Pen reprend la tête du FN et hésite à se présenter aux législatives

Après sa défaite à l’élection présidentielle, Marine Le Pen reprend son poste de présidente du Front national lundi 15 mai, jusque-là occupé par intérim par le maire d’Hénin-Beaumont, Steeve Briois. Une possible candidature aux élections législatives reste en suspens pour l’instant.

Compte Facebook de Marine Le Pen

© Facebook de Marine Le Pen

Durant l’entre-deux-tours, Steeve Briois avait remplacé Marine Le Pen à la présidence du Front national afin que cette dernière puisse se consacrer pleinement à sa campagne en vue du second tour. Le maire d’Hénin-Beaumont a publié un message sur Twitter lundi 15 mai, annonçant que Marine Le Pen retrouvait le jour même ses fonctions au sein du parti : "Fier de la confiance que Marine Le Pen m’a accordée. Elle retrouve aujourd’hui la présidence du Front National ! Cap sur les législatives."

Depuis sa défaite à l’élection présidentielle, la candidate n’ayant recueilli que 33,9 % des suffrages exprimés s’est faite plutôt discrète et on ne sait pas encore si elle va repartir en campagne afin de briguer un siège à l’Assemblée en vue des élections législatives de juin prochain. Selon les informations du journal L’Express, Marine Le Pen se laisserait quatre jours pour décider si elle se porte candidate ou non. Le secrétaire général adjoint du parti, Jean-Lin Lacapelle juge que ce serait une bonne idée : "Pour ma part, j’espère qu’elle sera candidate", a-t-il déclaré.

Marine Le Pen a recueilli 58,18 % dans la ville d’Hénin-Beaumont lors de l’élection présidentielle, ce qui lui laisse de bonnes chances de remporter la bataille des législatives. Mais pour sa part, d’après le journal Le Figaro, le membre du Front national et député Gilbert Collard plaide en faveur d’une mise en retrait de Marine Le Pen pendant un temps. Celui-ci a déclaré :

"Personnellement, je lui conseillerais de ne pas se présenter pour prendre le temps de restructurer le mouvement, comme annoncé. Elle prendrait un risque à descendre du piédestal conféré par la séquence présidentielle pour aller dans l’arène des législatives.

Elle est totalement épuisée par une campagne présidentielle où elle a tout donné, on l’a vu dans la dernière ligne droite de la campagne. Elle ne peut pas enchaîner dans ces conditions. Si elle est candidate, il lui faudra aussi porter la campagne au niveau national, et ce sera compliqué de combiner les deux."

À lire -> Philippot menace de quitter le FN si la sortie de l’euro est abandonnée de son programme