En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Marion Maréchal-Le Pen arrête la politique

Selon Le Parisien, la nièce de Marine Le Pen a pris sa décision et l’a annoncé à sa tante.

LECLUSE, FRANCE - APRIL 25: French far-right National Front deputy Marion Marechal Le Pen holds a campaign meeting on April 25, 2017 at Salle Durandal in Lecluse, France. (Photo by Sylvain Lefevre/Getty Images)

Marion Maréchal-Le Pen en meeting à Lécluse, en avril. (© Sylvain Lefevre/Getty)

Selon Le Parisien, Marion Maréchal-Le Pen a annoncé à sa tante Marine Le Pen son retrait de la vie politique. La députée du Vaucluse abandonne ainsi la présidence du groupe FN au conseil de la région Provence-Alpes-Côte-d’Azur (Paca) et ne participera pas aux législatives.

Depuis un moment, la nièce de Marine Le Pen ne cachait plus ses envies de quitter le monde politique. Cela aurait même commencé depuis les élections régionales de 2015, d’après Le Figaro. Mais cette fois, la défaite du Front national lors de la dernière présidentielle a fini de convaincre Marion Maréchal-Le Pen qu’il était temps de plier bagage.

"Tu vas quand même pas travailler chez Carglass !"

Comme l’expliquait l’édition du 5 avril du Canard enchaîné, il semblerait que Marion Maréchal-Le Pen "ne supporte plus le pouvoir sans partage de Florian Philippot". Trop dure, la compétition dans les hautes sphères du parti pour y imposer sa ligne politique d’un autre âge. Trop sèches, les "réprimandes de sa tante chaque fois qu’elle publie une tribune". Insupportables, "les interdictions de participer à des émissions de télévision". Pauvre petite. C’est bien simple, la parole de Marion Maréchal-Le Pen serait d’après elle systématiquement verrouillée et masquée.

Avant de partir et d’éteindre la lumière de ses bureaux de députée du Vaucluse et de présidente du groupe FN au conseil de la région Paca, la nièce de Marine Le Pen a pris soin de préparer son avenir. Toujours d’après Le Canard enchaîné daté du 5 avril, elle "s’entretient avec des chasseurs de têtes et se rend à des entretiens d’embauche", comme Madame Tout-le-Monde quoi. Des plans de carrière revus à la baisse et pas forcément du goût de ses amis, à commencer par Philippe de Villiers, à qui l’on est forcés de reconnaître une certaine honnêteté dans le propos : "Tu ne vas quand même pas aller travailler chez Carglass !"

Qui sait ? Marion Maréchal Le Pen n’aurait peut-être pas fini de nous surprendre…