En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de nos cookies afin de vous offrir une meilleure utilisation de ce site internet. Pour en savoir plus et paramétrer vos cookies, cliquez ici.

Les "mêmes idées" que le FN, "mais avec une veste rouge" : Castaner rhabille Wauquiez pour l’hiver

Dans une longue interview à paraître ce vendredi 26 janvier dans Society, le délégué général de La République en marche a taillé un costume au nouveau chef des Républicains.

(© Peter Potrowl/Wikimédia/CC)

Dans une interview à paraître dans Society, et dont Le Parisien a publié des extraits ce lundi 22 janvier, le délégué de La République en marche (LREM) Christophe Castaner désigne Laurent Wauquiez comme la relève du Front national (FN) :

"Dans les faits, c’est plutôt Laurent Wauquiez que l’on peut craindre : les mêmes idées avec une veste rouge."

Une référence au temps où celui-ci paradait dans sa parka rouge soigneusement choisie pour se démarquer de ses adversaires. Selon Christophe Castaner, le Front national de Marine Le Pen est mort, et le nouveau chef des Républicains (LR) compte bien ériger son église sur ses cendres :

"Il ne cherche pas seulement à piller les idées du FN, il veut faire une OPA sur un mouvement affaibli. […] C’est fini, le FN incarné par elle ne reviendra pas."

Et il ajoute : "Le calcul de Wauquiez part de la même analyse." Enfin un point d’accord entre les deux hommes : ils considèrent que le Front national tel qu’on l’a connu est mort, incapable de se relever de la déconvenue des élections présidentielles. Gare, toutefois, à ne pas prendre leurs désirs pour des réalités.

L’ami Estrosi

À l’inverse, Christophe Castaner s’est montré beaucoup plus tendre avec le maire LR de Nice, Christian Estrosi, lequel − il faut bien l’avouer − se montre bien plus complaisant que Laurent Wauquiez à l’égard de la politique d’Emmanuel Macron.

"Aujourd’hui, force est de constater le discours de soutien affirmé à l’action du président de la République, et je ne peux pas balayer ça d’un revers de main", explique le patron de LREM dans Society, avant de suggérer que l’on doit le changement de ligne du maire de Nice aux bouleversements qu’il a connu dans sa vie personnelle :

"Plusieurs événements ont changé l’homme. D’un point de vue personnel, c’est un jeune papa, son rapport à la politique a pu changer. […] Les dernières élections régionales, gagnées au second tour contre le FN, l’ont également marqué. Et puis il y a eu l’attentat de Nice. Un choc, positif ou négatif, peut changer le rapport d’un homme à la politique."

À lire -> "Narvalo(w)" : la réponse du maire de Montreuil à Christophe Castaner